Photo illustration

Les arrivées touristiques pour le mois d’avril 2018 se sont élevées à 104 967 par rapport à 111 432 pour le mois correspondant de 2017, soit une baisse de 5,8%. Alors que la France, notre premier marché, et l’Inde, ont pu tenir la gageure avec des arrivées en hausse de 14,3% et 7,6% respectivement, d’autres pays tels l’Afrique du Sud, l’Allemagne, la Chine, la GrandeBretagne et la Réunion ont subi des revers. Selon Statistics Mauritius, les arrivées de la zone Europe ont diminué de 1,8% le mois dernier pour s’élever à 66 349. Ce recul est expliqué essentiellement par la baisse des arrivées de certains marchés importants dont le RoyaumeUni (-12,3 % à 11 623), l’Allemagne (-20 % à 8 006) et la Suisse (-9,8% à 4 618) alors que la France a rebondi avec une progression de 14,3% à 28 000 et que l’Italie s’est montrée plus ou moins stable.

Dans la région Afrique, les deux marchés les plus porteurs, à savoir l’Afrique du Sud (-14% à 11 482) et l’île de la Réunion (-29,4% à 5 998), ont été en chute. Les arrivées touristiques de la région et du continent africain ont atteint 21 310 le mois dernier, soit une réduction de 18,5%. Du côté de l’Asie, la progression affichée par l’Inde (+7,6% à 5 967) a permis de compenser dans une bonne mesure autres, surtout pour les petits planteurs de canne. Le prix du sucre est préoccupant de telle façon que la situation est devenue très sérieuse », dit-il. Ayant pris en considération les propositions des planteurs, dit-il, des décisions seront prises en conséquence.

D’ailleurs, selon Pravind Jugnauth, un comité a été mis sur pied pour considérer les différentes recommandations. « Une fois le travail du comité terminé, il sera plus facile à mettre en place les meilleures recommandations », précise-t-il. Pravind Jugnauth demande à tout le monde d’envoyer leurs propositions pour le Budget 2018/2019 sur la plateforme numérique, mise en place depuis quelques mois par lettre ou courriel. Toutefois, précise le ministre des Finances, les propositions reçues à la dernière minute l’an dernier « sont impossibles à être considérées ».