Les délégués du MMM ont renouvelé leur confiance au leadership de Paul Bérenger en l’élisant en tête de liste avec 482 voix lors des élections des 30 membres du comité central hier à la salle municipale de Belle-Rose. L’élection des représentants des 20 circonscriptions a lieu cette semaine et les noms seront connus samedi matin. Après que les noms des trois représentants de l’aile féminine et de deux autres de l’aile jeune soient divulgués, les membres du nouveau comité central procéderont alors à l’élection du leader du MMM et des membres qui siégeront dans le bureau politique de ce parti.
S’adressant à la presse après la proclamation des résultats vers 16h30 hier, Paul Bérenger s’est réjoui de l’ambiance ayant prévalu durant cette journée électorale qui, selon lui, « démontre la bonne santé » du MMM. « Cela a été un vote formidable qui démontre que le MMM, c’est le MMM, malgré les commentaires faits de part et d’autre. Je suis certain  que tout ira dans la bonne direction. Je félicite les militants et les militantes. J’aurais souhaité qu’il y ait plus de femmes dans la hiérarchie des élus, mais un vote, c’est un vote. C’est formidable comme exercice. Nous sommes le seul parti à pratiquer une telle démocratie. Le MMM représente l’avenir. Aujourd’hui, nous avons complété un premier test, qui sera suivi par l’élection des 20 autres membres », a-t-il déclaré.
Adil Ameer Meea, sorti 5e dans ces élections, s’est pour sa part déclaré « très satisfait » de ce scrutin, qui a, dit-il, « été un exercice démocratique » comprenant « un bon mélange de jeunes et de moins jeunes ». De son côté, Ajay Guness s’est dit satisfait que le MMM « soit sorti plus fort ». Pour sa part, Alan Ganoo a dit ne pas être étonné du résultat des élections, déplorant cependant la campagne menée contre lui « à l’intérieur comme à l’extérieur » de son parti, qui le tient pour responsable de l’alliance du MMM avec le PTr. « C’est injuste ! » a-t-il fait comprendre, car cette alliance avait été, selon lui, « approuvée par toutes les instances » du MMM. « J’assume mes responsabilités dans la conclusion de cette alliance. J’avais été délégué par le leader du parti pour négocier avec le leader du PTr. J’ai par conséquent été un bouc émissaire. Je suis un homme du parti et je fais mon travail comme il faut le faire. Je suis très serein. Je félicite ceux qui ont été élus » , a-t-il lancé, rappelant qu’il est le seul à avoir réussi un 3-0 dans sa circonscription.
Pour sa part, Rajesh Bhagwan a estimé que cette élection a démontré que le MMM est un « exemple en matière de démocratie », affirmant que les dirigeants « n’ont pas hésité à s’exposer aux votes » de quelque 540 branches représentant plus de 5 000 membres dans l’ensemble du pays. Et de dénoncer la campagne et « les magouilles » internes pour, dit-il, « décapiter le leadership, en particulier Paul Bérenger, Alan Ganoo et moi ». Pour lui, cette campagne est « injuste et malhonnête ». Il a fait comprendre que, quel que soit le rang dans lequel il a été élu, il siégera au sein du comité central « avec la même énergie » et sera présent au Parlement, où il a été député du MMM « pendant huit mandats consécutifs », terminant qu’il apportera sa contribution pleinement dans la réorganisation du MMM après le processus électoral.
L’élection des membres du comité central a démarré vers 10h15 après une brève introduction d’Arianne Navarre-Marie. Il est revenu à Jayen Cuttaree d’agir en tant que commissaire électoral. Ce dernier a eu pour tâche d’appeler les représentant des 540 branches des 20 circonscriptions. Il a par la suite supervisé le dépouillement des bulletins et le décompte des voix avant d’annoncer officiellement les résultats vers 16h30. Tout le processus s’est déroulé dans la discipline et de manière satisfaisante, au point que certains militants présents ont regretté que les votes précédents du comité central, concernant l’alliance électorale, aient eu lieu à mains levées. « S’il y avait eu un vote secret, peut-être qu’il y aurait eu un résultat différent », faisait-on comprendre. D’autres se sont demandés s’il ne serait pas mieux que le vote électronique soit utilisé lors des prochaines élections du comité central. A noter que le nouveau comité central devra se réunir à nouveau samedi matin pour élire, cette fois, le bureau politique.