Avec le décès du précédent Sergeant-at-Arms en pleine campagne électorale, le chef inspecteur Ramesh Badal, qui était affecté jusqu’à tout récemment à la police du port, a été nommé à ces importantes fonctions à l’Assemblée nationale. Il a pris ses fonctions depuis hier en vue d’être initié aux procédures régissant le déroulement des travaux parlementaires et se prépare activement pour la première séance avec la prestation de serment des membres de la nouvelle Assemblée nationale, qui devra intervenir incessamment, avec 34 membres faisant leurs premiers pas au sein de l’hémicycle.
Pour ce qui est de la première séance de la nouvelle Assemblée nationale, le conseil des ministres, qui se réunira pour la première fois après la prestation de serment des membres du nouveau gouvernement demain après-midi, devra avaliser les détails du Order Paper de cette séance initiale.
Entre-temps, le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, est en présence d’une première requête formelle. Le président de la Fédération des Syndicats du Secteur Public (FSSP), Rashid Imrith, a écrit officiellement au nouveau chef du gouvernement pour lui demander d’abroger une décision du gouvernement en date du 23 décembre 2011, interdisant des fêtes de fin d’année dans le Service civil.
« The purpose of this letter is to urge you to take necessary measures to annul the cabinet decision as referred to in an official correspondence in terms as follows :-
Quote « At its meeting of 23 December 2011, Cabinet has agreed to Ministries/Departments/parastatal organisations not organising end-of-the-year parties as from year 2012 in view of the current economic situation. » You will agree that end of the year get together is a wanted custom in any enterprise that helps in reinforcing the bonding between employees working together throughout the year in achieving its vision and mission. Very often this collaboration, the more so between top management and employees of the lower rungs, tends to be very impersonal and abstract. This given that most often they do not even meet », écrit Rashid Imrith.