photo illustration

4 603 cas de maladies respiratoires aiguës ont été enregistrés dans les hôpitaux publics et autres centres de santé durant la semaine du 27 mai au 2 juin derniers. Au ministère de la Santé, le Dr Fazil Kodabaccus, de l’Unité de lutte contre les maladies transmissibles, indique ce niveau de prévalence est comparable à celui enregistré à la période correspondante l’an dernier. Il appelle, néanmoins, la population à ne surtout pas banaliser les troubles associés aux virus de la grippe.

Le médecin rappelle, à ce propos, que, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), chaque année, entre 290,000 et 650,000 complications graves associées à la grippe et susceptibles d’entraîner la mort sont rapportées à travers le monde. “Le ministère de la Santé recommande, ainsi, à toute personne qui présenterait des symptômes grippaux – fièvre, courbatures, maux de gorge, toux sèche, écoulement du né associés, parfois, à de la diarrhée et des vomissements – de consulter, sans tarder, un médecin”.

Le Dr Kodabaccus précise que des conditions grippales non traitées comme il se doit peuvent se révéler fatales, particulièrement chez les groupes à risques, à savoir les enfants âgés de moins de 5 ans, les femmes enceintes, les personnes âgées et tous ceux qui souffrent de maladies graves ou chroniques, tels le cancer, le VIH/sida, le diabète, l’insuffisance rénale, les maladies cardiaques, l’asthme et les bronchites chroniques, notamment.

Le responsable de l’Unité rappelle que la meilleure protection contre la grippe demeure la vaccination. Il souligne que la campagne annuelle de vaccination du ministère se poursuit dans les cinq hôpitaux régionaux de 9 h 00 à midi en jour de semaine et de 9 h 00 à 11 h 00 les samedis. Cette vaccination, à partir de vaccins recommandés par l’OMS contre les trois virus en circulation cette année dont le A H1N1 et le A H3N2, est aussi administrée dans les Area Health Centres et les Mediclinics, mais le samedi seulement de 9 h 00 à 11 h 00.

Le Dr Kodabaccus indique que même si l’objectif et de surtout viser les personnes à risques, cette campagne de vaccination est ouverte à tous et pas seulement aux seules personnes âgées. Les rares contre-indications à ce vaccin sont dans le cas de nourrissons de moins de 6 mois, de personnes allergiques aux oeufs ou au cas où une personne serait déjà grippée. En cette période hivernale propice à la prévalence de la grippe, le médecin rappelle à la population quelques conseils de bon sens.

Comme celui de se couvrir comme il le faut ou d’éviter le tabac. Autres conseils utiles : une bonne consommation de fruits et légumes, des repas équilibrés, 7 à 8 heures de sommeil réparateur chaque nuit, combattre son stress et pratiquer une activité physique.

Il est aussi recommandé de bien aérer les chambres et d’éviter de travailler en cas de maladies pour, surtout, ne pas contaminer les autres.