On a eu droit à un 100 m hommes de haute facture hier en guise de clôture du meeting international au stade de Réduit. Le Lesothan Mosito Lehata, du Centre international d’athlétisme de Maurice (Ciam), a fait chauffer la piste en battant le record du meeting, inscrivant un somptueux 10″11 (vt +1,4 m/s) qui résonne encore. Les performances ont également été au rendez-vous en demi-fond pour cette journée qui coïncidait avec la fin des épreuves combinées et marquée par la victoire du Malgache Ali Kamé au décathlon et de la Burkinabée Marthe Koala (Ciam) à l’heptathlon.
Les sept épreuves internationales à l’affiche ont été dans l’ensemble de bonne tenue. Et avec 10″11 qu’il claquait au bout de la ligne droite dès le début de l’après-midi, Lehata avait donné le ton. Si l’an dernier il avait raté de peu la référence laissée depuis le 21 avril 2002 (10″13) par son coach Stephan Buckland en courant en 10″26, cette fois, il l’a fait voler en éclats.
« L’an dernier, j’ai couru en 10″13 à Nancy (France) et mon but n’était pas de battre le record aujourd’hui (hier). Mais je suis fier de l’avoir fait. Car si mon coach l’a réussi, alors pourquoi pas moi. C’est vraiment incroyable. Je marche dans ses pas », lâchait-il, euphorique.
Tant et si bien qu’il a attendu la fin de l’après-midi pour voir de ses yeux, noir sur blanc, son exploit sur la fiche des résultats. Et son chrono lui donne des ailes, car Lehata nous a fait un aveu de taille. « Je ne l’avais jamais dit à personne avant, mais ça fait des mois que j’y pense, car pour un Africain, ça peut paraître présomptueux. Cette année, je vise un sub 10″00. Oui, j’ai bien dit un 9″99 tout au moins. Mais je ne serai pas déçu si je ne réussis pas, car au moins j’aurais essayé », clame-t-il.
Lehata a déjà validé sa place pour les mondiaux de Pékin en août (minima 10″16). Stephan Bukland ne cache pas son admiration. « Il est sur la bonne voie et vise la finale à Pékin ainsi qu’aux Jeux d’Afrique. Il se rapproche d’un sub 10″ et il va travailler pour ça. Il est un hard worker. Et puis, valeur du jour, je crois qu’il est le plus rapide en Afrique. Donc, à Pékin, il prouvera, espérons-le, que l’Afrique est bien présente dans la finale ».
Les autres sprinters mauriciens du Ciam n’ont pas démérité, dit-il, avec 10″37 (rec personnel) pour Jonathan Permal et 20″95 au 200 m, 10″45 pour Julien Meunier (vt +2,5) alors que Jean-Yann Degrâce s’est rapproché d’un sub 21″ au 200 m.
L’autre temps fort aura été le 1500 m hommes, épreuve internationale marquée il est vrai par la belle chevauchée des deux coureurs kenyans. Mais on ne manquera pas de signaler la 3e place de Mohammad Dookun, qui devient le premier coureur mauricien à boucler un 1500 m en moins de 3’55, soit 3’53″66, depuis 2006. Menon Ramasamy, qui avait été le dernier à courir en 3″54 cette année-là, pouvait lui-même en témoigner hier en observant la course de Dookun, tout comme Mike Félicité, crédité de 3″54 en 1998, année des 5es Jeux des îles à La Réunion. C’est dire à quel point le demi-fond local a mis du temps pour refaire surface. Sur cette base, Dookun sera difficile à battre aux prochains JIOI.
Pour les épreuves combinées, il faut dire que le Mauricien Guillaume Thierry, qui était bien parti pour battre sa référence nationale au décathlon (7532 pts), a vu tous ses espoirs s’effondrer dès la première journée (samedi) en mordant ses trois essais qu’il jugeait au-delà des 7 m au saut en longueur. Résultat : il concède un zéro pointé et un retard qu’il ne peut jamais combler pour finir sur le podium. Et hier, le Sud-Africain Fredriech Pretorius, qui menait au classement après sept épreuves, échouait lui aussi dans ses trois essais au saut à la perche pour finalement abandonner le concours après l’épreuve de javelot.
La victoire est revenue au Malgache Ali Kamé, qui avait quitté le Ciam en 2012 et qui évolue actuellement à Strasbourg Club Collemard au Creps d’Alsace en France. « J’ai mis deux ans pour me remettre à flot. C’était dur de s’entraîner seul. Mais depuis janvier j’ai rejoint un groupe. C’est ma première compétition importante en plein air depuis quelque temps et là je retrouve de bonnes sensations ». S’il sera en lice aux prochains interclubs prévus courant mai en France, son objectif sera de conserver sa médaille d’or aux prochains JIOI.    
À l’heptathlon, l’abandon de la Polonaise Agnieszka Borowski, blessée au saut en longueur, a ouvert plus facilement la voie de la victoire à Marthe Koala. À 21 ans, la championne d’Afrique au Maroc l’an dernier a ajouté en huit mois 600 pts à son compteur pour porter son total à 5711 pts. « Mon objectif est de me rapprocher des minima des mondiaux de Pékin qui sont de 6 000 pts, mais aussi de confirmer mon titre africain aux Jeux d’Afrique. Ici je m’entraîne plus sérieusement et en intensité avec des objectifs en vue », indique-t-elle après une année d’adaptation. Elle est arrivée au Ciam le 11 janvier 2014.