Les épreuves de préparation se poursuivent crescendo au stade de Réduit. Après un mois de février assez chargé pour le fond et le demi-fond, cross-country oblige, c’est le sprint qui revient à l’avant-plan avec notamment un chrono de 10″4, temps manuel, réalisé le 21 février par Fabrice Coiffic. Converti en temps électronique, il équivaut à 10″64, son temps le plus rapide enregistré sur l’ensemble des deux saisons. Le sprinter effectuait sa rentrée, mais sans chronométrage électronique, contrairement aux autres épreuves de sprint.
Remis d’une « fissure au tendon d’Achille gauche », voilà Fabrice Coiffic relancé au bon moment à moins de cinq mois des Jeux des îles (1er-9 août). « C’est en effet ma première course depuis huit mois. C’est de bon augure, mais je ne vais pas me mettre la pression. Je reviens de six mois de repos complet suivi de deux mois (novembre/décembre) où j’ai commencé à refouler la piste. De toute façon, c’est ma dernière saison. Je compte faire tout mon possible pour arriver à La Réunion en pleine forme et pourquoi pas dans une bonne position pour le podium », indique le doublement triple médaillé d’or de Tana 2007 et Mahé 2011 aux 100, 200 et 4×100 m.
L’an dernier, il ne s’était contenté que de six courses, dont une sur 200 m (21″84). Mais sa référence la plus rapide sur la ligne droite est restée scotchée à 10″69 (vt -0,8 m/s) à Bambous réalisée lors du Meeting international. 2015 sera-t-elle l’année de l’ultime consécration pour sa sortie ? L’avenir nous le dira.
Cette compétition du 21 dernier a également enregistré d’autres faits notables. Au 200 m dames, la Burkinabée Marthe Koala (Ciam) s’est imposé en 24″76 contre 24″91 à Aurélie Alcindor, qui se qualifie pour les JIOI. Joanilla Janvier, qui a rejoint cette année son nouvel entraîneur, Éric Milazar, a pris la 3e place en 25″79. Au 400 m dames, la Swazilandaise Phumilile Ndzima (Ciam) a été créditée de 54″62 et chez les hommes, c’est le Zambien Saviour Kombé (Ciam) qui a bouclé la course en 47″03, contre 49″80 à David Durhone et 50″27 à Jonathan Permal (Ciam), dont c’était la rentrée.
Au lancer du javelot, Bernadette Ravina (dames) s’est signalée avec un jet de 45,18 m et Guillaume Thierry (hommes) avec 58,01 m. Au poids hommes, Bernard Baptiste a projeté la boule de fer à 15,13 m. C’était avant son départ pour le récent stage effectué en Afrique du Sud avec le groupe de lanceurs nationaux.
D’autres athlètes du Ciam se sont aussi mis en évidence. Le Seychellois Leroy Henriette a remporté le 200 m en 21″49, devançant Julien Meunier, qui a signé son temps le plus rapide en 21″58, contre 21″85 à Jean-Yan Degrâce. Les décathloniens Guillaume Thierry et le Congolais Florent Lomba ont été crédités d’une même performance de 4,35 m au saut à la perche, contre 4,05 m à Fabrice Rajah (Ciam). Lomba a aussi enlevé le 110 m haies en 14″78 et terminé 3e d’une des séries du 400 m en 50″37. Yannick Clam, qui ne fait pas partie du Ciam, a terminé 3e du saut à la perche avec un bond de 4,20 m.
Une semaine auparavant, soit le 13 février, toujours à Réduit, Annabelle Lascar fut créditée de 1’34″98 au 600 m, devançant la Swazilandaise Phumilile Ndzinisa du Ciam (1’36″27) et Aurélie Alcindor (1’39″34). Mais celle-ci avait couru le 400 m en 57″88, le 7 février à Rose-Hill, contre 58″07 à Annabelle Lascar. Les deux athlètes y effectuaient leur rentrée de saison.