Dramatique et rarissime accident que celui survenu jeudi matin au large du banc de pêche de Soudan, à proximité de St-Brandon. Vikash Dauhoo, 39 ans, un skipper célibataire habitant Pailles, a été attaqué mortellement par un requin blanc mesurant 1,50m qu’il tentait de ramener à bord de son embarcation avec l’aide d’autres marins-pêcheurs. La victime a été mordue par surprise à son avant-bras gauche par le squale. Saignant abondamment et en dépit des premiers soins prodigués à bord, il devait succomber à cette blessure. La controverse dans cette affaire porte sur les dénonciations du propriétaire du Royal Phoenix, Ritesh Gurroby, 31 ans, qui est très remonté congre des membres de la National Coast Guard et de la police pour non-assistance à personne en danger.
Il y a à peine une dizaine de jours, Vikash Dauhoo, qui avait derrière lui une expérience d’une quinzaine d’années en tant que navigateur, partait en campagne de pêche à bord du bateau appartenant à la société Babul & Sons Ltd. Il avait pris de l’emploi au sein de cette compagnie il y a quatre mois déjà. A la têye d’un équipage de huit marins-pêcheurs, il ne devait rentrer que le 28 novembre. Mais très tôt jeudi matin, le sort en a décidé autrement et en voulant aider d’autres pêcheurs à maîtriser et à hisser à bord le requin blanc, il a été mordu mrtellement.
Kailash Bhoolooa, 38 ans, un des collègues de Vikash Dauhoo, a été témoin oculaire de toute cette scène. Encore sous l’effet du choc, il revit ces moments intenses de cette attaque. « Li ti pé ed mwa pou ris rékin-la abor pou ki zelron rékin pa may dan mo la line ek kas li. Mé rékin-la finn rétourn li ek finn mord so lébra », raconte-t-il. « Mo nek tann ayo, ler mo gété mo trouv disan pe fann partou. Nou finn dégazé okip li pou donn li soin », poursuit-il, les yeux remplis de larmes.
Les autres membres d’équipage devaient tenter le tout pour le tout pour sauver la victime. Mais la blessure était tellement profonde que Vikash Dauhoo a été vidé de tout son sang. Rencontrés peu après l’enterrement de la victime à Pailles, ses employeurs Ritesh Gurroby et son frère Nitesh, 28 ans, encore sonnés par les événements de l’avant-veille, se laissent aller à la confidence. Chagrinés certes mais révoltés par la non-assistance des autorités. Ils racontent qu’ils avaient été informés de cette attaque vers 9h jeudi. « Monn gagn enn apel via telefon satelit pou inform mwa ki zot pé rétourné akoz Vikash finn blésé. Zot ti a 190 mil notik dépi Moris. Mo’nn fini konpran ki ti finn ariv enn zafer grav sinon zot pa ti pou rétourné », raconte Ritesh Gurroby.
Il explique qu’il a tout de suite appelé les autorités, à savoir la NCG et la police du port, pour les informer qu’un accident avait eu lieu, en précisant qu’il n’était pas en présence de détails et que son bateau de pêche faisait route vers Maurice. Une heure après, les employés reprirent contact avec lui et cette fois, il insista pour qu’on lui dresse un bilan de la situation.
Le bateau était alors à 170 milles nautiques de Maurice. « Kan mo’nn konpran ki finn éna atak rékin, mo’nn dimandé ki soin zot finn donn Vikash. Monn konpran ki Vikash mem finn gid zot ek ed zot fer so garo. Li tousel éna enn formasion First Aid. Dé mo koté, mo’nn sonn enn dokter pou koné ki bizin fer, linn dir mem zafer, met garo ek donn li délo. Bann peser ti pé déza donn sérum parski nou éna enn First Aid kit », poursuit-il.
Entre-temps, il prit contact avec des membres de la famille de la victime pour les informer du drame qui s’est joué. Le frère de la victime, raconte de son côté qu’il a mesuré l’ampleur de l’accident en voyant une foule de gens se pressant chez lui. « Personn pa ti dir mwa grav koumsa », pleure-t-il.
Faute de soins poussés, Vikash Dauhoo, qui a perdu beaucoup de sang en raison d’une artère sectionnée, avait peu de temps après perdu connaissance. Au bout de plus de 27 heures de navigation, le bateau de pêche a accosté au port de pêche vers les 12h30 vendredi.
Poursuivant le récit de leur calvaire, Ritesh et Nitesh Gurroby racontent que le corps sans vie de Vikash est resté à bord pendant plus de trois heures. « Sé ver 3h15 ki lapolis lé port finn vinn sers lékor. Ek inn pran rékin-la. La ousi zot finn avoy enn sel lapolis ek se mo frer ek mwa, ek frer Vikash ki finn tir lékor pou avoy dan van lapolis », déplore-t-il.
Il ne comprend pas non plus comment que la NCG ait pu écrire dans le rapport envoyé aux Fisheries du ministère de la Pêche que son assistance n’avait pas été sollicitée et que la victime souffrait d’une blessure au bras droit alors que c’est la main gauche qui avait été blessée. « Zot na pa finn bouz ditou. Ni al lor la mer ni propoz servis élikopter », peste-il.
Les funérailles de Vikash Dauhoo ont eu lieu hier matin. Nombreux étaient les proches et les parents à lui rendre un dernier hommage. Selon sa famille, il aimait passionnément son travail et passait le plus clair de son temps en mer plutôt qu’à terre.
Le Royal Phoenix a déjà effectué une quarantaine de sorties au large de St Brandon.