« Si ou vot pou bann parti politik tradisyonel, zot pou perpetye mem lozik kinn kree blokaz dan pei. Me si ou ankouraz lezot pou vot Rezistans ek Alternativ, ou pou ouver enn posibilite pou enn vizion pou enn sanzma reel pou lepep ! » a martelé Ashok Subron, de Rezistans ek Alternativ (REA), lors d’un congrès au Pavillon pour les circonscriptions du district des Plaines-Wilhems, samedi dernier.
Selon Ashok Subron, les partis politiques traditionnels (PTr, MMM, MSM, PMSD…) sont « incapables » de surmonter les blocages dans le système en place et apporter une révision fondamentale nécessaire depuis l’accession à l’indépendance en 1968. Le plus gros « blocage » concernerait notre démocratie. « Notre démocratie est de plus en plus corrompue par deux facteurs : la force de l’argent et le communalisme. » Le porte-parole de REA se dit à cet effet contre le financement politique par le secteur privé. « Kan sekter prive donn kass politisien, pa etone ki politisien pa defann lintere la popilasyon, me lintere sekter prive. Se pourkwa li inportan ki bann sitwayin konpran ki se zot ki bizin amen zot kontribisyon dan konba. »
Au sujet du communalisme, Ashok Subron a fait ressortir que les partis politiques traditionnels « violent allégrement » le code de conduite de la Commission électorale « en organisant des réunions politiques sectaires ». Et de rappeler : « San REA zame pa ti pou ena sa tipti amandman konstitisyonel kot enn kandida napli oblize kategoriz-li dan enn kominote. » Il a néanmoins déploré que la majorité des candidats aux élections du 10 décembre aient choisi de décliner leur appartenance ethnique. « Vot pou REA, se vot pou ki nou gagn lafors pou deblok sa sistem la. »
Le combat pour la citoyenneté est aussi un des objectifs de la participation de REA à ces élections générales, a-t-il soutenu. « Sak Morisien ena enn risess ki miltip e indivizib. Nou fier de seki nou ete e ou pa kapav obliz nou swazir ant nou papa ek nou mama », a-t-il insisté.
REA souhaite promouvoir un modèle économique qui réduira l’écart entre riches et pauvres. « Nou lekonomi repoz lor “cheap labour” e lekar ant bann ris ek bann pov pe vinn de pli an pli gran. Bizin fer inskrir dan nou Konstitisyon ki tou bann aktivite ekonomik bizin fer dan lintere lepep pou ki sa lekar la diminue. » Estimant que les partis traditionnels n’ont « ni la volonté, ni la vision » nécessaires, Ashok Subron avance que « se pourkwa zot fer tou sort promess kouma plis pansyon ou plis servis gratis ». Il a également estimé « essentiel » que les droits économiques, sociaux et culturels de la population, comme stipulés par les Nations Unies, soient inscrits dans notre Constitution.
La protection de la nature est un autre défi que les partis politiques traditionnels n’arrivent pas à relever, a encore soutenu le porte-parole de REA. « Bann activite ekonomik pe non selman devor bann imin, me osi lanatir e tou seki antour nou. Pou ki anpes lakaparman nou bann lamer, laterr ek konpozant lanatir par sertin, bizin dekret dan nou Konstitisyon ki tou sa fer parti nou bien komin. »
Une révision de la politique énergétique serait également à l’ordre du jour. « Quelque 60% de notre énergie est produite par le secteur privé, qui utilise le charbon polluant alors qu’il y a les énergies renouvelables. Dan lintere popilasyon, bizin takz sa bann IPP-la e servi kass-la pou mett diboutt bann kooperativ enerzi renouvlab ki itiliz laterr ki bann ti planter pe abandone », a-t-il ajouté. « Voter pou REA, c’est voter pour une autre vision crédible, cohérente et dans l’intérêt de la population », a-t-il conclu.
Kugan Parapen, Serge Jauffret et Sharon Jacquin-Ng, candidats de REA dans les circonscriptions N° 18, 19 et 20 respectivement, ont également pris la parole.