Navin Ramgoolam a procédé hier au lancement du site web de l’Equal Opportunities Commission (http://eoc.gov.mu) lors d’une cérémonie organisée à l’auditorium Octave Wiehe à Réduit. Le Premier ministre a exprimé son ambition de faire de « l’EOC, une des institutions les plus puissantes de Maurice afin de transformer la société de manière irréversible ».
La présence du Premier ministre à la cérémonie de lancement du site web de l’Equal Opportunities Commission (EOC) hier témoignait de son soutien à l’équipe de cette institution. Navin Ramgoolam a déclaré avoir eu à coeur la création de la commission avant son entrée en politique en 1991. Depuis, cette question a été son cheval de bataille et a bénéficié du soutien de Xavier-Luc Duval, ministre des Finances.
Navin Ramgoolam a par ailleurs apporté un témoignage personnel sur l’octroi d’une bourse à une fille habitant Arsenal. Le chef du gouvernement a raconté comment il avait été pris à partie par le prêtre d’un kovil. Ce dernier avait soutenu en sa présence que les Premiers ministres se suivaient et se ressemblaient. Selon lui, l’élève, qui devait recevoir à ce moment-là un prix, avait été victime de discrimination en n’obtenant pas une bourse en raison de sa communauté.
Le Premier ministre a expliqué avoir immédiatement demandé au ministre de l’Éducation d’alors de lui transmettre le dossier de la jeune fille et à son secrétaire permanent d’examiner si la protestation du prêtre était justifiée. Confirmation a été donnée que le religieux avait raison et ce, même si un panel de 12 personnes avait déjà retenu les boursiers, a poursuivi Navin Ramgoolam. Il a été découvert par la suite que trois personnes avaient été trouvées coupables de cette manoeuvre. « Elles ont été sanctionnées alors qu’elles étaient des partisans travaillistes car leur acte allait à l’encontre de l’esprit du Parti travailliste et du socialisme. » Une bourse supplémentaire a été accordée à l’habitante d’Arsenal, a soutenu Navin Ramgoolam.  
Le chef du gouvernement a souligné que la création d’une EOC s’est heurtée à beaucoup d’opposition. Navin Ramgoolam a dû faire appel au président de l’instance britannique pour vulgariser le projet. Il a déclaré avoir souhaité attacher dans un premier temps la commission à la Commission des Droits de l’Homme. Finalement, comme l’a suggéré le leader de l’opposition Paul Bérenger, il a trouvé plus approprié de mettre en place une institution indépendante en raison du travail à être abattu. Il a félicité les membres de la commission pour leur rapidité de s’atteler à la tâche.
Le président de l’EOC a expliqué pour sa part que les membres de la commission sont déjà actifs sur le terrain. Brian Glover a affirmé que l’objectif de l’EOC est de « put young people first ». « La commission n’est pas un eyewash. It’s not just another commission », a-t-il précisé. Il a insisté sur l’importance de l’éducation des jeunes et sur la nécessité d’une politique de proximité. L’EOC est aussi composée de Rajayswar Bhowon, Mohammad Shameer Mohuddy et Danisha Sornum.
Outre le lancement du site web, une brochure explicative a été présentée ; pas moins de 60 cas ont déjà été étudiés à la commission et un code de conduite sera publié ultérieurement. L’Equal Opportunity Tribunal a déjà son président en la personne de Denis Vellien. Ses deux assesseurs seront nommés incessamment, a dit le Premier ministre.