La résistance s’organise autour de l’augmentation considérable de 20% à 70% des “trade fees” (permis d’opération) payés à la municipalité et au Conseil de Districts. D’une part, la Shop Owner’s Association, par le biais de son président, Santosh Ramnauth, envisage de réclamer une “judicial review”, alors que le Front Commun des Commerçants, par une lettre envoyée au ministère des Finances, évoque son étonnement. Il demande l’annulation de cette mesure jugée “injuste” envers les plus petits.
“C’est tout simplement injuste” (…) “Nos revenus ont considérablement baissé et cette hausse de permis d’opération ne tombe pas à point nommé”, dit Santosh Ramnauth, le président de la Shop Owner’s Association, qui poursuit: “Il faut savoir que la nouvelle a été publiée dans la Government Gazette le 21 décembre dernier. À cette période de l’année, nul n’y a prêté attention en raison des festivités. Et il nous faut honorer les frais dès le 3 janvier.”
Face à cette augmentation, le Front Commun des Commerçants a, par l’entremise d’une lettre et portant la signature de son président, Raj Appadu, exprime son “étonnement vu que cette mesure n’a pas été annoncée dans le dernier budget, puisqu’il s’agit bien des revenus de l’État. Par contre, les grants-in-aid alloués aux collectivités locales l’ont été et augmentés substantiellement, passant de Rs 5 millions à Rs 2,5 milliards en vue de financer toutes les dépenses approuvées par des conseils municipaux et des districts.”