Vingt-quatre heures après l’opération coup de poing exécutée et l’interpellation de huit suspects et l’inculpation provisoire de quatre d’entre eux, la police se dit confiante d’être sur la bonne voie pour démanteler le gang des encagoulés et élucider les récents cas de cambriolages défrayant la chronique. Les escouades spéciales de la police, comprenant des éléments de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) de la Criminal Investigation Division (CID) de la Police Dog Section et de la Special Supporting Unit, encadrés par des Field Intelligence Officers, continuent d’exercer la pression sur le terrain. Quatre autres suspects, faisant probablement partie de ce gang semant la terreur à travers l’île, sont actuellement encore en cavale et leur arrestation est présentée comme étant imminente. Par ailleurs, le « gagnant de Rs 33 millions », habitant Flic-en-Flac, qui avait été interpellé lors des perquisitions d’hier matin, a été remis en liberté après avoir été entendu au sujet de ses fréquentations.
À ce stade de l’enquête, le principal suspect qui intéresse les limiers de la CID, enquêtant sur les importants cas de cambriolage commis ces derniers temps, n’est autre que Louis Steven Franco Ritta, alias Papo, âgé de 35 ans, Security Officer de son état, habitant Débarcadère, Pointe-aux-Sables. D’ailleurs, ce matin, l’interrogatoire de ce bouncer a repris dans les locaux de la CID de Piton et cet exercice se déroule en parallèle avec l’interrogatoire Under Caution de Marie Kelly Diana Gullifer, âgée de 19 ans et présentée comme la compagne de ce suspect.
Les enquêteurs de la CID de la Northern Division comptent conclure dans les prochaines 24 heures l’audition de Franco Ritta sur les cambriolages commis au complexe commercial de Forbach où des Showrooms et magasins d’articles de luxe avaient été visités récemment. Le cas du bouncer Ritta est devenu encore plus compromettant car après la perquisition de la police à son domicile, une série d’articles volés ont été saisis. Les propriétaires de magasins cambriolés à Forbach ont procédé dans la journée d’hier à l’identification des articles recouvrés par la police depuis hier matin.
Au cours de son interrogatoire, le dénommé Franco Ritta a été confronté à la présence de ces objets volés à son domicile de même qu’à la présence de cagoules et de blousons. La police a également saisi des véhicules, dont une voiture de la marque Honda de couleur blanche et immatriculée F 2003 et une motocyclette de la marque Suzuki portant l’immatriculation 5341 R et une autre plaque minéralogique 1970 S, considérées comme étant des fausses.
Une somme de Rs 210 000, récupérée au domicile du suspect, a été placée sous séquestre par la police. Lors de son interrogatoire, Franco Ritta, qui a retenu les services de Mes Siddartha Hawoldar et de Devina Deonarain-Joyram, a contesté le fait que cette somme constituerait des Proceeds of Crime, notamment les cas de cambriolage et d’agression retenus contre lui. « Sa larzan-la se mo cash ki monn ganie dan travay. Apre enn parti ladan vinn depi lekours », s’est appesanti le bouncer tout en faisant comprendre qu’il est en mesure de présenter des reçus à cet effet à la police. Il a déjà comparu devant le tribunal de Mapou hier après-midi pour son inculpation provisoire et a été reconduit en cellule policière.
La compagne de Franco Ritta est également entendue au sujet des délits éventuels de Possession of Stolen Property par les enquêteurs de la police convaincus qu’elle détient des informations cruciales quant au Modus Operandi du gang des encagoulés.
Des sources policières autorisées affirment qu’après le volet des cambriolages au complexe commercial de Forbach, Franco Ritta sera interrogé sur le vol commis dans les locaux de Surat dans les Plaines-Wilhems. Le mode d’emploi, dont ont fait usage les bandits sont les mêmes qu’à Forbach.
Après cette première étape, la police met actuellement au point une nouvelle stratégie en vue de procéder à l’arrestation de quatre autres membres du gang des encagoulés.  Ces nouvelles arrestations devront compléter la série et de nouveaux cas de cambriolage élucidés. À ce stade, très peu de détails ont transpiré quant à l’identité des suspects ou encore le Timing des opérations.
De son côté, Soobhiraj Perianen, âgé de 46 ans, bijoutier de son état et habitant la route Ménagerie, Port-Louis, a également été appréhendé dans le cadre de ce Crackdown du gang des encagoulés. Des membres de la Flying Squad de l’ADSU, qui exécutaient un mandat de perquisition au domicile de ce bijoutier ont découvert une série de bijoux en or et une somme de Rs 13 400 dissimulés dans différents « containers » ménagers.
Ce bijoutier, qui est inculpé du délit de recel, est entendu depuis hier au sujet de la provenance des bijoux retrouvés chez lui. La police soupçonne que ces bijoux proviendraient de cambriolages.
Un quatrième suspect, un dénommé Jean Marie Bruno Mars, 41 ans habitant Camp-Vieux, est également en détention pour une tentative de vol au préjudice d’Orchards Kids à Phoenix. Il est soupçonné de faire partie de ce gang de cambrioleurs portant des cagoules lors de leurs forfaits.
De leur côté, quatre autres personnes, interpellées lors des différentes opérations simultanées de la police, hier matin, ont été remises en liberté après avoir consigné leurs versions des faits. Parmi l’on retrouve « le gagnant de Rs 33 millions », habitant Flic-en-Flac. Il a nié toute participation au cambriolage du centre commercial de Forbach en présentant un alibi. Il a dû fournir des prélèvements à des fins d’analyses ADN avec son avocat, Me Jean-Claude Bibi, dénonçant le caractère illégal de l’arrestation de son client par la police.
L’enquête policière se poursuit avec de nouvelles arrestations annoncées…