Air Mauritius a dégagé des profits nets de 4,9 millions d’euros (autour de Rs 202 millions) pour le 2e trimestre (juillet-septembre) de son exercice financier 2013-2014, soit environ quatre fois le montant enregistré (1,2 million d’euros) pour la période correspondante de 2012-2013. « L’amélioration des résultats du 2e trimestre confirme qu’Air Mauritius est sur la bonne trajectoire », déclare André Viljoen, Chief Executive Officer. Grâce à cette performance, la compagnie d’aviation nationale a pu réduire considérablement ses pertes semestrielles, les ramenant à 3,3 millions d’euros, contre 9,2 millions d’euros pour la période avril-septembre 2012.
Les résultats trimestriels de la compagnie aérienne nationale, épluchés aujourd’hui par le conseil d’administration, montre une amélioration de 3,7 millions d’euros par rapport au 2e trimestre de l’exercice financier 2012-2013, et de 11,7 millions d’euros comparativement à la même période de 2011-2012, année précédant la révision du modèle économique de l’entreprise. Outre le fait d’avoir pu réduire, dans une grande mesure, le déficit enregistré au cours du premier trimestre (avril-juin 2013), Air Mauritius pense pouvoir réaliser une performance encore plus élevée pour la période octobre-décembre 2013, considérée comme une période de pointe, tout en espérant terminer l’année financière avec des résultats nets positif. Avec une parité euro/dollar demeurant favorable (au-dessus de 1,31), une stabilisation du prix du jet fuel autour de 105 dollars le baril, et des réservations soutenues, on estime, dans les milieux d’Air Mauritius, que les résultats du troisième trimestre devraient démontrer des bénéfices accrus.   
Air Mauritius a mis, sur l’ensemble des destinations qu’elle dessert, un total de 465 921 sièges, soit 18 882 sièges de plus que pour le trimestre juillet-septembre 2012. Elle a transporté 339 688 passagers de juillet à septembre 2013, ce qui correspond à une hausse de 21 611 voyageurs. Cette amélioration, fait-on ressortir, résulte de la stratégie d’Air Mauritius d’exploiter les opportunités offertes par les marchés émergents, qui viennent compenser la morosité des marchés traditionnels. La compagnie a offert 48 378 sièges de plus et a transporté 38 222 passagers additionnels sur les destinations africaines et asiatiques pendant la période juillet-septembre 2013, par rapport à celle de 2012. La capacité sur Mumbai, Perth, Nairobi, Cape Town, Kuala Lumpur et Hong Kong a été augmentée. De plus, le lancement de la desserte de Shanghai (deux vols directs) et de Pékin (un vol direct) a contribué à l’amélioration de la performance.
Grâce aux mesures prises pour stimuler la demande et une gestion judicieuse de la capacité, la croissance du trafic de passagers a été plus importante que l’augmentation du nombre de sièges. Le rendement (« yield ») a été stable à 277 euros, contre 276 euros pendant le 2e trimestre 2012-2013. Les revenus de la compagnie ont par conséquent augmenté de 5%, pour atteindre 118 millions d’euros.
Par ailleurs, on laisse entendre, dans les milieux d’Air Mauritius, que cette dernière continuera de renforcer ses accords commerciaux avec plusieurs compagnies aériennes et que les discussions avec les fournisseurs (Airbus et Boeing) pour le renouvellement de la flotte, de moyens et longs courriers, sont en progression.