Poursuivi pour avoir cultivé 140 plants de cannabis, estimés à quelque Rs 420 000, un habitant de Beau-Bassin, âgé de 54 ans, a été présenté jeudi devant le magistrat Azam Neerooa. Selon l’acte d’accusation, c’est lors d’une fouille à son domicile le 16 octobre 2011 que l’Anti-Drug and Smuggling Unit a découvert la plantation de gandia. Le quinquagénaire a tout de suite accepté la charge et a coopéré avec la police durant l’enquête.
En cour, il a plaidé coupable au début de son procès. L’accusé, qui n’a pas d’antécédent criminel, a présenté ses excuses et a expliqué ce qui l’a poussé à commettre ce délit. Il a soutenu qu’il avait des problèmes familiaux à l’époque et sa maison allait faire l’objet d’une vente à la barre. Désespéré et ayant une famille à charge, il a alors choisi de planter du gandia en vue de le vendre. Il a passé quatre mois en détention préventive.
Le magistrat Azam Neerooa a soutenu qu’il a conscience des difficultés du prévenu mais que cela n’excuse pas l’acte. La loi prévoit une peine de servitude pénale pour ce genre de délit, soit un minimum de trois ans de prison. « C’est le devoir de la cour de protéger la société. Elle enverrait un mauvais signal si elle ne donne pas une peine de prison », a déclaré le magistrat. L’habitant de Beau-Bassin a été condamné à trois ans de prison. Le magistrat de la cour intermédiaire a également demandé au directeur des poursuites publiques d’enquêter sur les avoirs du prévenu. Ce dernier a toutefois donné avis d’appel. La caution pour sa liberté conditionnelle a été fixée à Rs 15 000 en attendant le jugement d’appel.