Le coureur Yannick Lincoln, le meilleur spécialiste de courses à étapes, revient d’une Étoile où il n’a pas brillé, la faute à une méchante grippe. À moins qu’il n’ait pas envie de courir, on le voit mal laisser échapper une course organisée par son club.
Le départ de la première équipe sera donné à 13 heures, au parking du Midlands Dam. Dimanche matin, le départ sera donné à 8 heures devant le stade George V. Il s’agira avant tout de faire honneur au sponsor. Bank One a signifié, au cours de la présentation de la course, son intention de continuer le partenariat avec le VCJCC. Quoi de mieux qu’une victoire pour célébrer et remercier l’institution bancaire.
À vrai dire, le VCJCC-Bank One risque fort d’empocher le chèque de Rs 25 000 mis en jeu par Bank One. Avec ses individualités, dont Yannick Lincoln, leader incontestable des Curepipiens, on peut espérer quelque chose.
D’ailleurs, il ne faut pas écarter le fait que le VCJCC-Bank One est le champion de Maurice du contre-la-montre par équipes. L’équipe première pourrait probablement tourner autour de Lincoln, Sébastien Tyack, Mathieu Le Blanc et Fabien Halbwachs.
Sur le papier, c’est de loin la meilleure équipe, avec deux champions 2012 du chrono individuel — Lincoln et Tyack — et un champion sur route avec Mathieu Le Blanc. Il y a d’autres raisons de croire que le VCJCC-Bank One pourrait gagner. Pas pour le chèque, mais pour l’honneur. L’équipe rentre d’une campagne réunionnaise assez désastreuse : deux coureurs malades, aucun maillot et aucun classement.
Alors, même si une victoire ne redressera pas tous les torts subis à l’Étoile, du moins, les Curepipiens pourraient retrouver le sourire. Et comme c’est l’équipe qui compte le plus de victoires depuis le début de la saison, le gagnant est peut-être tout trouvé.
Mais attention cependant aux autres équipes. La force des adversaires viendra peut-être du parcours. Si le chrono par équipes ne livre pas le vainqueur final, l’étape de dimanche pourrait aussi présenter trois scénarios. Premier cas de figure : Lincoln prend le large dès le chrono par équipes et gagne. Deuxième possibilité : il gagne les deux étapes, comme l’année dernière. Troisième cas de figure : aucun scénario n’est respecté.
Le parcours, justement, pourrait permettre aux outsiders d’aller chercher, si ce n’est le maillot jaune, au moins une victoire d’étape. La difficulté du jour pourrait bien seoir à un coureur complet.
La montée de Coriolis Road sera un test à passer. La descente de Lapeyre en sera un autre. Si des écarts doivent être créés, ce sera forcément sur cette partie. À moins qu’un pur rouleur, à l’image de Mike Chong Chin ou Anthony Laurent, n’ait fait sauter la banque sur l’autoroute.
Mais il faudra, pour espérer remporter la victoire, affronter six tours du circuit Coriolis Road — Lapeyre — Nouvelle France — flyover de Midlands. L’arrivée sera jugée devant le Forum. Comme l’a dit Jean-Philippe Lagane lors de la conférence de presse, le tracé ne sourira pas forcément à un pur grimpeur. « Mais on doit s’attendre à ce que ce soit un costaud qui gagne », a-t-il déclaré.
Soulignons au passage que les équipes bénéficieront d’un pointage pour chaque classement. Et toutes les catégories seront concernées pour le classement final.