Les résultats intérimaires du Groupe State Bank of Mauritius Ltd (SBM) pour le trimestre se terminant au 30 septembre 2012 montrent une croissance de 28,5 % des bénéfices nets, ceux-ci passant de Rs 537 millions à Rs 689 millions.
Cette performance, explique la direction du groupe, a été rendue possible grâce à la restructuration du bilan bancaire qui a débuté dans le courant de l’année financière précédente et à une gestion efficace du bilan. La banque rapporte que les revenus sous forme d’intérêts nets ont augmenté de Rs 250 millions, soit de 36,5 % : les intérêts perçus ont augmenté de Rs 117 millions alors que les dépenses sous forme d’intérêt ont en même temps diminué de Rs 134 millions. Pour ce qui est des autres sources de revenus, une légèrement réduction a été constatée en raison, entre autres, d’une diminution des encaissements provenant des transactions transfrontalières au niveau des cartes (cross border card income).
Le groupe bancaire annonce une progression de 10,3 % de ses dépenses opérationnelles (de Rs 388 M à Rs 427 M) en raison principalement d’une hausse des coûts de maintenance du système. Cependant, le ratio coûts/revenus continue de s’améliorer, passant de 37,5 % pour le trimestre se terminant à fin septembre 2011 à 34,6 % pour la période juillet/septembre 2012 et maintenant à 33,5 %
Par ailleurs, la direction rapporte une progression de 2,2 % des crédits nets à Rs 63,7 milliards contre Rs 62,3 milliards en juin 2012. Les dépôts ont diminué par Rs 2,9 milliards, malgré une augmentation de Rs 2,3 milliards des dépôts à vue et des dépôts d’épargne. La baisse des dépôts est surtout due au repli des dépôts en devises. Quant au ratio de crédits par rapport aux dépôts, il représentait 88,7 % au 30 septembre 2012 comparé à 80,5 % au 30 septembre 2011.
Parlant des perspectives, le conseil d’administration de la SBM affirme que l’environnement opérationnel va demeurer difficile avec une faible croissance au niveau des crédits et une baisse des marges. Le groupe bancaire s’attend, toutefois, à générer une croissance raisonnable des avances et espère maintenir des marges grâce à une gestion efficace du bilan et une progression dans sa part du marché.
La mise en place d’une nouvelle plateforme technologique, affirme un communiqué de la banque, devrait permettre au groupe d’avoir un avantage compétitif dans le moyen à long terme alors que les coûts du système devraient parallèlement augmenter dans le court terme. Le groupe annonce qu’il continuera à mettre l’accent sur la nouvelle technologie en vue d’élargir sa base de revenus, notamment par le biais de nouveaux produits et marchés/zones géographiques.