Les Mahebourg Flippers ont obtenu le droit de disputer la finale des play-offs contre le Real, qui se tiendra samedi et dimanche, après leur victoire contre Attila mardi soir au gymnase de Phoenix.
Les Sudistes, qui ont couru après le score pendant les trois-quarts de la rencontre, se sont finalement imposés 77-75 en toute fin de match. Attila, par contre, peut nourrir des regrets. Après avoir été mené de 12 points après la manche aller, les protégés de Nicolas Duval ont touché la finale du doigt, s’y sentant même avec leur 14 points d’avance à quelques minutes de la fin. Mais les Flippers, carburant à l’envie, se sont surpassés pour recoller au score et s’imposer par deux petits points.
« On doit attribuer le mérite à tout le monde. Chacun a joué son rôle, ils ont tous suivi les instructions », explique Pascal Prayag, entraîneur-joueur des Mahebourg Flippers. Dès le coup d’envoi, Attila envoie un message clair, même si l’écart qui sépare les deux équipes n’est que d’un point. Avec Attila menant 20-19, les Flippers ne se sentent pas en danger. Le scénario est donc assez identique au deuxième quart, où les Port-Louisiens sont toujours aux commandes, 36-31. Les choses commencent à se compliquer pour les Mahébourgeois qui, loin de réagir, montrent des signes d’affaissement.
Au troisième quart, Attila voit sa bonne étoile briller encore plus fort, puisqu’il arrive à mettre sur pied une défense compacte tout en profitant pleinement de sa force de frappe offensive. « C’est là que tout a changé dans les rapports de force. J’ai eu à prendre quelques mesures pour réveiller l’équipe », avance Pascal Prayag.
Le troisième quart s’achève sur le score de 24-16. Attila mène de dix points et a un pas en finale. « Sur l’ensemble de la rencontre, Attila a très bien joué », reconnaît Pascal Prayag. Mais les Flippers, loin d’abdiquer, se ressaisissent dans la dernière tranche. « J’ai fait comprendre aux joueurs que c’était maintenant ou jamais. Soit on passait, soit on restait sur le carreau. »
Et la métamorphose de Mahebourg s’opère. Le score du dernier quart, 27-15, démontre que les Sudistes se sont surpassés. À l’arrivée, une grosse fatigue, mais aussi une énorme satisfaction pour les Mahégourgeois, qui recentrent désormais leur attention ver la finale, ce week-end.
« On est tous contents, mais il faut maintenant revoir les quelques petites choses qui pourraient nous empêcher d’être au top. Par exemple, le Real a une bonne défense. Nous allons essayer de trouver un moyen de contourner le mur », poursuit Pascal Prayag.
Un pronostic pour la finale ? « Non. On ne sait pas. Mais nous, on va tout donner. » Sinon, cela lui fera une nouvelle médaille de vice-champion de Maurice à ajouter à sa longue collection.