La décision de maintenir Malherbes Harlems en première division et ce, en dépit du fait que cette équipe a perdu les barrages, a eu des conséquences graves pour la Fédération mauricienne de Basket-Ball (FMBB). En effet, suivant la tenue de l’assemblée générale de dimanche dernier au gymnase de Phoenix, trois membres, dont la présidente Dominique Marisson, ont soumis leurs démissions. Cela fait  que le comité directeur élu en 2008 ne compte plus que six membres et s’est mis en porte-à-faux avec la section 8 du  Sports Act.Ainsi, le ministère de la Jeunesse et des Sports devra nommer un « Caretaker Committee » pour gérer les affaires de la fédération et organiser ensuite de nouvelles élections selon les dispositions de la loi.  Quoi qu’il en soit, il est clair que l’affaire Malherbes Harlems est loin d’être réglée dans la mesure où elle constitue une entorse aux règlements !
Le week-end dernier, nous écrivions dans ces mêmes colonnes que le basket-ball local, voire la fédération, était loin d’être sorti de l’auberge. L’issue de l’assemblée générale spéciale de dimanche dernier est venue nous donner raison dans le sens où la décision prise en faveur de Malherbes Harlems a été lourde de conséquences. La présidente Dominique Marisson, Loganaden Sunnassy (assistant secrétaire) et Kervin Ramma (représentant de Forest Side) ont tous trois démissionné de leurs postes, forçant ainsi la tenue de nouvelles élections. Il est clair que la décision de l’assemblée générale de voter pour le maintien de Malherbes Harlems en première division a occasionné des dommages collatéraux, voire irréversibles, en attendant l’entrée en opération d’un nouveau comité.
Sept bulletins blancs !
Mais déjà, beaucoup d’interrogations demeurent. Il n’y a pas longtemps, Dominique Marisson avait déclaré à Week-End – dans notre édition du 26 février dernier pour être précis – que la majorité de clubs, soit 17 sur 24, était en faveur de la tenue de cette assemblée générale spéciale pour discuter et prendre une décision finale sur le cas Malherbes Harlems. Fait étrange: malgré les affirmations de l’ancienne présidente, cette réunion n’avait pu se tenir en raison…d’un manque de quorum ! Et comme on ne fait pas dans la demi-mesure au sein de la FMBB, surtout lorsqu’il s’agit d’une querelle intestine, trois membres du comité seulement, à savoir Dominique Marisson, James Lee Fye et Philippe Kee Kam Chung étaient présents. Le responsable de la commission arbitrage, Benon Soobiah, était aussi présent, alors que Didier Moutou, président destitué en octobre dernier, n’était pas à Maurice.
Au niveau des délibérations, il nous revient que 7 votes positifs ont été enregistrés et trois contre le maintien de Malherbes Harlems en première division. Il ressort, de plus, que sept bulletins blancs ont été recensés ! C’est un fait qui interpelle d’autant que la présidente faisait état de la volonté d’une majorité pour convoquer cette assemblée générale. Il faut dire qu’on a vraiment du mal à comprendre la logique derrière la démarche de ces personnes qui ont voté blanc. Car soit on est pour le maintien de Malherbes Harlems, soit on est contre. Mais qu’on vienne voter blanc est tout simplement inadmissible et démontre, si besoin est, que certains dirigeants ne sont même pas capables d’assumer leurs responsabilités.
Comme indiqué plus haut, la FMBB a, semble-t-il, emprunté le chemin du non-retour. Qu’on le veuille ou non, l’épine Malherbes Harlems risque fortement de gêner le nouveau comité dans le cadre de la relance des divers championnats après la tenue des élections. Car nous aurions bien aimé savoir la réaction de Kervin Ramma, dirigeant de Forest-Side, lequel a soumis sa démission de la FMBB, au courant de la semaine écoulée. Il ne faut non plus pas oublier que Forest-Side est l’équipe qui a battu Malherbes Harlems lors des barrages ! Sur une question de principe, on voit mal Forest-Side accepter la décision de dimanche dernier. Kervin Ramma a du reste montré, dans une déclaration de presse, son indignation du fait que les règlements de la fédération avaient été bafoués dans le cas Malherbes Harlems.
Qui a proposé le maintien de Malherbes Harlems ?
Pour conclure, nous dirons, une fois de plus, et ce comme nous l’avons maintenu depuis le départ, que le cas Malherbes Harlems n’a jamais été un problème et que certains à la FMBB en ont fait un faux-problème. Déjà, la semaine dernière, nous avions posé plusieurs questions, notamment quant à la proposition faite par un membre dans une réunion du comité directeur pour le maintien de Malherbes Harlems en première division. La présidente démissionnaire avait, elle, parlé de maldonne après avoir cherché dans les minutes of proceeding et pour notre part, nous avions trouvé étrange que Dominique Marisson ait pu parler de mystère. Car logiquement, le nom de celui qui a proposé le maintien de Malherbes Harlems aurait dû figurer noir sur blanc dans les minutes of proceeding !
Mais ce qui est encore plus inquiétant, c’est que ce faux-problème, créé par la FMBB elle-même, aurait dû être réglé par la fédération et non par une assemblée générale spéciale composée des clubs. Nous dirons ainsi que la FMBB a fui ses responsabilités en laissant le soin à l’assemblée de trouver une solution à ce problème.  Du reste, en ce faisant, la FMBB a bafoué ses propres règlements et cautionné un dangereux précédent en permettant à une équipe dernière du championnat et de surcroît, battue lors des barrages, de se maintenir en première division ! C’est aussi clair que la FMBB n’a pas eu le courage d’assumer ses responsabilités et s’est délibérément laissée entraîner dans une situation très compliquée. Et sincèrement, nous voyons mal le basket-ball mauricien repartir sur de nouvelles bases surtout après les dégâts occasionnés dimanche dernier à la suite du maintien de Malherbes Harlems en première division.
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Dans sa lettre de démission:
Dominique Marisson explique son départ

La présidente démissionnaire de la FMBB, Dominique Marisson, a dans sa lettre de démission, expliqué les raisons de son départ. Elle a, entre autres, indiqué que la confiance ne régnait plus entre les membres du comité directeur et a ajouté que des informations discutées lors d’une réunion étaient ensuite publiées dans la presse. Elle a souligné qu’elle est quelqu’un qui aime travailler en équipe, mais que si les membres ne peuvent se faire confiance, elle ne peut travailler dans ces conditions. Dominique s’est attardée sur plusieurs problèmes dans sa lettre dont le cas Malherbes Harlems. Elle qualifie même ce cas comme un mauvais rêve devenu réalité. Pour Dominique Marisson, la décision de l’assemblée générale spéciale de maintenir la formation curepipienne en première division: « has been a big shock for me;it is a very bad one. » Pour conclure, elle a qualifié la décision de dimanche dernier de très mauvaise.