Le comité directeur de la Fédération mauricienne de basket-ball (FMBB) n’a plus de président. Philippe Lee Kam Chung a soumis hier après-midi sa démission de toutes les instances de la fédération. Il perd de facto le poste qu’il occupait au Comité olympique mauricien (COM).
La démission de Philippe Lee Kam Chung ne change rien à la FMBB, puisqu’il reste encore huit membres siégant au sein du comité. En attendant, c’est Hedley Han, vice-président, qui assurera l’intérim à la tête de l’instance. « Sa démission est arrivée hier après-midi. Nous déciderons de la marche à suivre », a confirmé ce matin le vice-président. Pour cela, il a convoqué une réunion d’urgence cet après-midi afin de présenter officiellement la chose aux membres.
Selon la lettre qu’il a envoyée, Philippe Lee Kam Chung a démissionné de ses postes pour des raisons de santé. Il n’aurait donc pas cédé aux différentes pressions réclamant son départ. Arrivé à la tête de la FMBB en 2012, il aura tout connu pendant son mandat, par ailleurs assez controversé.
C’est sous sa présidence que l’arbitre international Leslie Chérubin avait écopé de six mois de suspension. C’est aussi sous sa présidence que Maurice accueillait en 2013 la CCCOI. Par la suite, il avait présidé une assemblée générale spéciale pour demander une suspension de dix ans pour Alvin Athave et Guillaume Françoise, alors vice-président et trésorier, ainsi que le bannissement à vie de Kim Chan Pang Cheong, accusés de l’avoir poussé à la démission.
Les réactions n’ont pas tardé. Ainsi, plusieurs avancent l’inaction de l’ancien président pour justifier son départ. « C’est une bonne chose pour le basket-ball. Concrètement, qu’a-t-il fait pour notre sport ? » s’interroge un dirigeant de club. Un son de cloche identique qui retentit ailleurs. « On peut lui reprocher notamment ses absences et son inaction », en note un autre.
Sauf que le départ de Philippe Lee Kam Chung provoque quelques petits bouleversements logistiques, l’ancien président étant notamment un des signataires des chèques de la FMBB. « Ce sont de petits détails que nous pourront régler très vite, je l’espère », conclut Hedley Han.