Les favoris pour les play-offs ont tous passé le cap qui leur a été imposé, lors de la septième journée de la Super League. L’EDBB Cassis, Attila, Real et Mahebourg Flippers ont tous fait respecter la logique, s’imposant assez facilement devant des équipes qui leur ont malgré tout donné un peu de fil à retordre.
La bonne opération de la semaine est à mettre à l’actif de l’EDB Cassis, qui est venue à bout de Vikings (86-49) en perte de vitesse depuis le début de la saison. A la lecture du résultat, on voit qu’ils ont toujours couru après le score (16-9, 27-17, 22-10 et 21-13).
Un scénario à peu près identique à la rencontre Real/ASVP. Les Port-Louisiens se sont bien rebiffés après leur désastreuse campagne seychelloise. Contre les modestes Vacoassiens, le champion de Maurice s’est offert une petite balade pour s’imposer 99-55. Là encore, on a vu l’équipe la plus faible courir après le score (23-13, 20-13, 26-16, 30-12).
Attila non plus n’a pas eu trop de mal pour s’imposer face aux F17 Fighters, malgré la différence de score. En effet, si au final le tableau affichait 113-65, les Port-Louisiens se sont fait peur lors du deuxième quart, quand les Flacquois ont réussi l’exploit de se retrouver à un point derrière (21-20). Mais l’avance à la mi-temps (19 points) était trop grande pour que les F17 Fighters reviennent au score. Les Flacquois buvaient le calice jusqu’à la lie en deuxième mi-temps. Malgré toute leur bonne volonté, ils n’ont marqué que 35 points dans les deux quarts (27-10, 37-25).
L’équipe qui a eu le plus de mal pour s’imposer est celle des Mahebourg Flippers. Opposés à une équipe de Roche Bois Warriors « qui monte en puissance », selon l’aveu de l’entraîneur-joueur Pascal Prayag, les vice-champions de Maurice n’ont pas eu les coudées franches au cours de la rencontre. « J’en ai profité pour faire tourner le banc en prévision de la prochaine rencontre », qui s’annonce compliquée, puisque les Mahébourgeois seront opposés à la redoutable équipe d’Attila. « C’est le match à ne pas rater », explique-t-il.
Pourtant, ils ont failli passer à côté de leur match. Déjà, au premier quart, les deux équipes sont à égalité 12-12. Mais au deuxième quart, les Flippers se ressaisissent et imposent leur rythme pour mener 31-23. Malgré ce retard, les Warriors n’abdiquent pas. Ils s’accrochent au troisième quart (9-18), mais montrent enfin leur vrai visage en quatrième période, qu’ils remportent enfin (15-9). Mais les Flippers avaient tellement verrouillé la rencontre que la remontée des Warriors n’a en aucune façon affecté l’issue de la rencontre.
« Je suis assez satisfait. Mais il y a encore quelques déchets », notait encore Pascal Prayag, qui souhaite corriger tous ces petits défauts avant le match contre Attila ce dimanche.