Trois semaines déjà que la Fédération mauricienne de Basketball a nominé les deux entraîneurs nationaux de basketball, James Li Sun Voon pour la sélection féminine et Mohamed Ozegya  en masculin. Cependant la polémique ne cesse d’enfler autour de ces nominations. Ces deux candidats sont loin de faire l’unanimité dans le giron du basketball et les esprits commencent à s’échauffer. Après la contestation de deux membres du comité directeur voilà que Jean-Marie Bhugeerathee sort de son mutisme.
L’ancien coach de la sélection féminine de basketball qui avait ramené la médaille de bronze des Jeux des îles des Seychelles et actuel entraîneur de l’Union Sportive Beau-Bassin/Rose-Hill dame n’a pas apprécié les critiques qui ont paru dans la presse ces derniers jours à son égard.  » Je respecte la décision finale de la fédération en ce qui concerne la nomination des entraîneurs mais qu’on vienne dire que ma candidature n’a pas été retenue pour mon manque de compétences je trouve cela aberrant, » scande-t-il d’entrée. En effet, l’homme est allé sortir sa pile de documents de son armoire pour prouver que cet argument ne tenait pas la route.
 » Sans vouloir passer pour un prétentieux, je pense que je suis parmi les plus qualifiés qui soit d’un point de vue technique et aussi au niveau du palmarès. Je suis quand même le seul entraîneur mauricien à avoir ramené une médaille en basketball des Jeux des îles que cela ne déplaise à mes détracteurs, » confie Jean-Marie Bhugeerathee. En effet, on a pu le constaté de visu et son curriculum vitae se tient en trois pages dont plusieurs diplômes sportifs notamment concernant le basketball.  » Je suis certes déçu de ne pas avoir été retenu surtout après mon travail accompli avec la sélection féminine, mais je respecte la décision des dirigeants de la Fédération, » affirme-t-il.
Questionner sur le pourquoi d’avoir choisi de postuler pour devenir entraîneur de la sélection masculine et non celle des femmes. Il devait répondre que c’était par principe.  » J’entraîne déjà une équipe féminine et je pense qu’il y aurait eu conflit d’intérêt. La sélection masculine était un choix beaucoup plus logique, » concède-t-il. En ce qui concerne les différentes critiques au sujet des nouveaux entraîneurs nationaux, il a tenu à sympathiser avec eux.  » J’ai vécu la même chose quand j’ai été nommé sélectionneur. Un choix a été fait et on se doit de le respecter. Bizarrement ce sont toujours les mêmes personnes qui émettent ces critiques. Ils s’engagent dans une chasse aux sorcières pour ternir votre réputation, » dit-il. Selon lui, c’est vraiment ridicule de critiquer ces deux hommes alors qu’ils n’ont même pas eu la chance de commencer leur travail.
D’ailleurs il a tenu à préciser qu’il existe au sein du basketball un groupe de personnes qui cherchent à prendre cette discipline en otage.  » Quand on marche sur leurs ordres tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais du moment qu’on sort de leurs plans, ils déclenchent une cabale, » soutient-il. Pour Jean-Marie Bhugeerathee, la campagne de dénigration vis à vis de James Li Sun Voon n’a pas vraiment de sens.  » Pour tout le respect que j’ai pour le travail de Rubin Batterie, Hoop a été battu et humilié par la Tamponnaise par plus de 50 points lors de la Coupe des Clubs Champions de l’océan Indien. Il est fort probable que ce soit les mêmes joueuses qui se retrouvent lors des Jeux des îles, alors pourquoi ne pas laisser sa chance à James Li de prouver son potentiel, » conclut-il.
Décidément il ne se passe pas un jour où le basketball ne fait pas parler de lui et malheureusement pas pour de bonnes raisons. Du reste, il nous revient que pour le premier rassemblement de la sélection nationale féminine de basketball dimanche dernier, aucunes joueuses de Hoop n’a répondu présent prétextant des blessures et des raisons diverses. Est-ce délibéré?…L’avenir nous le dira.