Les championnes d’Afrique en titre, Natacha Rigobert et Élodie Li Yuk Lo, n’ont pas à rougir de leur élimination en phase de poule (Groupe A) de ce tournoi olympique de beach volley. Avec trois défaites en trois sorties, les Mauriciennes auront eu le mérite de donner le maximum. Elles n’ont toutefois rien pu faire face aux forces en présence, à savoir les Brésiliennes, Tchèques et Allemandes, qui étaient au-dessus du lot.
Après avoir été battues d’entrée de jeu par les championnes du monde en titre, les Brésiliennes Juliana Felisberta et Larissa Franca en deux sets (5-21, 10-21), la paire mauricienne devait en découdre face aux Tchèques Lenka Hajeckova et Hana Klapalova lundi dernier. Elles n’ont une nouvelle fois pas fait le poids, s’inclinant en deux manches, 21-10 et 21-11. « Nous avons surtout péché dans la réception face aux Tchèques. C’était notre plus grosse difficulté. Elles sont également très fortes en défense. Comme lors du premier match, nous avons essayé tant bien que mal de tenir tête à cette équipe mais cela n’a pas été suffisant. Elles étaient un cran au dessus et elles ont imposé le rythme », ont indiqué les beach volleyeuses.
Les carottes étaient alors déjà cuites. Les Allemandes, Katrin Hloltwixt et Ilka Semmler ont ensuite pris la mesure des Mauriciennes dans la troisième rencontre, l’emportant en deux manches, 21-11 et 21-10. « Nous avons pris beaucoup de plaisir et nous avons joué beaucoup plus libérées que lors des deux premiers matches. Mais nous sommes une nouvelle fois tombées face à une paire plus forte que nous », a fait ressortir Natacha Rigobert. Cette dernière a tenu par ailleurs à souligner qu’à un moment de la partie, elle et sa coéquipière pouvaient espérer revenir sur leurs adversaires, mais c’est le manque d’expérience qui a joué en leur défaveur. « Il faut avoir connu cette situation pour pouvoir en sortir gagnant. À un moment, nous étions à égalité et nous avions pris l’avantage sur nos adversaires mais contrairement à eux, nous n’avons pas disputer autant de rencontres. Elles sont plus aguerris et donc, elles arrivent à gérer plus facilement ces rencontres. Nous avons combattu avec nos armes. Mais force est de constater que la détermination de bien faire et la volonté ne suffisent pas pour gagner. Il faut également avoir beaucoup de matches de très haut niveau dans les jambes. Nous n’avons pas à rougir dans ces défaites car nous avons tout donné », a confiée Natacha Rigobert.
Les Mauriciennes sont toutefois très contentes d’avoir participé à ces Jeux, elles qui étaient à leur première participation. « C’est quelque chose de fantastique. Nous profitons au maximum de ces Jeux car l’ambiance ici est très phénoménale. Nous encourageons les athlètes mauriciens qui sont toujours en compétition », a fait ressortir Natacha Rigobert, qui a tenu à remercier tous les Mauriciens ainsi que tous ceux qui les ont aidées, dont le ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo.