Les forêts sont une riche source d’inspiration, notamment pour l’art. Elles ont inspiré nombre de poètes et de sculpteurs. La Journée internationale des forêts (22 mars 2013) a été l’occasion pour la FAO d’inviter les États à promouvoir la plantation forestière avec comme « objectif zéro déforestation illégale », là où les Nations unies prônent la réduction de la déforestation pour faire reculer la pauvreté. En Tanzanie, la « World Wood Day » a été marquée par une série d’activités culturelles liées au travail du bois. Notre compatriote, le sculpteur Dhyaneswar Dausoa était sur place pour élaborer une oeuvre symbolisant la protection de la fôret et pour la mise en terre d’un petit arbre, signe de recul de la déforestation. Quelques remarques sur le travail de Dausoa :  Ses connaissances sont le fruit d’une expérience menée principalement dans le domaine de l’expression corporelle. On connaît les formes féminines qu’il a travaillées dans le bois (camphrier, cyprès, acajou), dans son atelier de Dagotière. Depuis 35 ans, il taille, sculpte ou pratique le modelage, s’applique à dessiner le relier. Il vit les formes charnelles, les figures floues, comme un moyen d’exploration de l’espace capable de développer une expérience directe, physique du monde. Sa sculpture est donc vécue comme l’expression plastique de cette expérience.
La passion pour les arbres et le besoin d’accomplir un chemin intérieur le pousse depuis quelques années à s’engager dans de nombreuses activités culturelles en Afrique. Sa rencontre avec le bois a été cette fois plus que décisive. Le maillet est devenu un outil de création offrant une grande liberté d’expressions. Il déclare au sujet de son dernier atelier : »Mon voyage en Tanzanie a été très enrichissant. Nous avons travaillé et côtoyé des gens de différents pays qui pensent et voient les choses différemment. Il n’y avait pas de distinctions entre les artistes et les artisans. C’est entendu qu’un artiste doit aussi être un bon artisan. Une attitude créative de même que la maîtrise de la matière sont très importantes pour pouvoir atteindre son but… » L’objectif des actions menées dans le cadre de la Journée internationale des forêts est de fournir des informations au public quant à l’utilisation du bois : refuge pour de nombreuses espèces, protection des dangers naturels, lieu de détente et d’inspiration. Il existe des signes positifs : le rythme du déboisement a ralenti d’environ 20% dans le monde au cours de ces dernières années. Mais loin de la surexploitation des forêts, des arbres, des buissons, de l’exploitation industrielledu bois, il y a l’utilisation du bois d’oeuvre dans l’art comme l’a démontré auparavant l’association pARTage de Krishna Luchoomun avec la manifestion « Art in the forest » (dont nous reproduisons quelques illustrations ici). C’est au tour de Dausoa de s’immerger en pleine forêt pour nous faire prendre conscience, à travers son oeuvre, qu’on peut contribuer à l’atténuation et à l’adaptation au changement climatique. Défendre les forêts primaires et tropicales, c’est avant tout prendre conscience des risques d’un réchauffement climatique et s’y opposer. L’engagement des artistes et la communication sont des clés essentielles pour ouvrir les yeux du grand public sur ces problèmes environnementaux dont nous subirons tous les conséquences.