Les championnats continentaux s’annoncent de bonne facture

Pour la toute première fois dans l’histoire de la boxe française locale, les championnats d’Afrique se tiendront à Maurice, du 26 au 28 septembre, au centre de boxe de Vacoas. Cela a été officiellement annoncé lors d’un point de presse tenu la semaine dernière au St Georges Hotel à Port-Louis. En effet, un sous-comité de la Fédération mauricienne de boxe française savate et des disciplines assimilées (FMBFSDA), composé de sept personnes, en l’absence en ce moment du président Azfar Jinghut, se chargera de toute l’organisation de cette rencontre. En parallèle, une compétition de Savate Pro, ouverte à tous les pays du monde, sera organisée par le même sous-comité de la FMBFSDA. 18 pays sont attendus pour ces championnats d’Afrique.

Cela fait déjà un an que la FMBFSDA tient à cœur le projet d’être l’hôte des championnats d’Afrique. C’est ce qu’a fait ressortir Maureen Sheik Badjeet, secrétaire de la confédération africaine depuis peu et représentante de la discipline locale sur le continent. Elle a fait l’historique de la boxe française mauricienne, qui existe depuis maintenant 35 ans et qui compte à ce jour une vingtaine de clubs affiliés. « Nous voulons faire la promotion de la boxe française encore plus à Maurice. Le fait est que nous avons eu beaucoup de médailles mondiales depuis 2002 mais, pourtant, cette discipline demeure assez peu connue ici. Les derniers championnats d’Afrique remontent à décembre dernier, où Maurice avait remporté trois médailles, une en or, une d’argent et une de bronze. Cela signifie que nous avons beaucoup de potentiel et que nous devons évoluer aussi à tous les niveaux », fait ressortir Maureen Sheik Badjeet.

Ce projet aura beaucoup d’avantages pour Maurice car, parmi les pays qui ont répondu favorablement à cet appel, certains offriront aux locaux l’expertise de plusieurs juges et arbitres internationaux qui conduiront une formation pour les entraîneurs, officiels, juges et arbitre qui souhaiteraient obtenir un certificat de juge-arbitre international. Ces experts seront pour leur part à Maurice une semaine avant l’échéance. Quant aux championnats d’Afrique, ils comprendront sept combats finaux, tandis que la Savate Pro aura elle six combats finaux plus tôt dans la matinée du 28 novembre. Pour sa part, l’entraîneur national de Maurice, Kersley Visanjoue, estime que l’organisation de ces championnats d’Afrique sur l’île ne pourra qu’être bénéfique aux tireurs.

« Cela encouragera les tireurs à vraiment faire de leur mieux, car ils auront un grand objectif. La préparation se passe très bien pour Maurice et nous établirons une sélection à l’issue des prochains championnats nationaux qui se tiendront en avril. Quoi qu’il en soit, nous pourrons aligner un maximum de tireurs étant donné que la rencontre se fait chez nous. Ce sera d’ailleurs formidable pour nos tireurs à fort potentiel qui ne peuvent jamais participer à ce genre de rencontre par manque de budget. Rodrigues sera évidemment avec nous comme une seule équipe », laisse entendre Kersley Visanjoue.

Il est à noter que ce qui a motivé la décision de la FMBFSDA est que des discussions sont en cours afin que la boxe française en assaut intègre les Jeux Olympiques. Les membres du sous-comité présents sont la secrétaire de la confédération africaine, Maureen Sheik Bajeet, l’organisateur Guillaume Noël, l’entraîneur national Kersley Visanjoue, la PRO Sheila Sheik Bajeet et les membres Doris Cale, Jean-Claude Roopnarain et Lizbeth Mousse.

Qu’est-ce que la Savate Pro ?
La Savate Pro est une combinaison de différents types de boxe (kick-boxing, muy thaï, boxe française…) qui consiste à opposer deux adversaires équipés de gants et de chaussons lors d’un combat. Il leur est ainsi autorisé de porter des coups avec les poings et les pieds. Cela signifie qu’un tireur en boxe française peut affronter un boxeur en muy thaï par exemple sur le même ring. Quelques tireurs mauriciens et rodriguais en ont déjà fait l’expérience à l’île sœur.