Hier après-midi, le ministre de la Santé et de la Qualité de la Vie, Anil Gayan, s’est rendu à l’hôpital psychiatrique Brown Sequard, à Beau-Bassin, pour d’abord rencontrer les patients Yoven et Kevin Teeroovengadum, les deux frères libérés après 14 ans de séquestration cette semaine. Veronique Aurel, la Constituency Clerk de la circonscription No 20 (Beau-Bassin/Petite Rivière), Vishwamitra Ramjee, président du régional du ML et Guito Lepoigneur, député du No 20, étaient également présents.
Suivant de très près la réhabilitation des patients Yoven et Kevin Teeroovengadum, âgés de 25 ans et 30 ans respectivement, Véronique Aurel a déclaré que « cette affaire ne concerne en rien la politique et nous sommes là en tant qu’humains touchés par ce qui est arrivé ». Accueilli par le personnel soignant, le ministre Gayan a été conduit en salle D1, où sont actuellement admis Yoven et Kevin. Vêtu d’un t-shirt rouge et d’un pantalon kaki, c’est le regard fuyant que Kevin Teeroovengadum a répondu aux questions d’Anil Gayan. Se cachant tout le temps le visage, il est clair que le jeune homme éprouve toujours des difficultés à s’exprimer, surtout devant le nombre de visiteurs à cet instant. Un personnel spécialisé étant à leur disposition, les médecins soutiennent que leur réhabilitation prendra du temps. Kevin Teeroovengadum devait toutefois confier vouloir travailler une fois son traitement terminé.
Au fond de la salle, placé sur un lit à côté d’autres patients de cette section, se trouvait le jeune Yoven. Arborant désormais les cheveux courts et les ongles coupés, le jeune homme, souffrant d’une déficience physique et mentale, était allongé et ne semblant pas gêné par le nombre de personnes présentes. Il a cependant été impossible pour Anil Gayan de converser avec lui, les seuls mots sortant de sa bouche étant « donn mwa enn bout dipin » ou « donn biskwi ». Un des médecins a fait ressortir qu’il était encore impossible de dire combien de temps cela prendrait pour que son état s’améliore. « Mais Yoven n’est pas un cas désespéré. C’est un ancien patient de l’établissement. Il a suivi des traitements ici par le passé, mais avait soudainement arrêté de venir. »
Véronique Aurel, Constituency Clerk du No 20, se dit satisfaite de la rapidité des démarches. « Lorsque nous avons été tenus au courant de ce drame, nous avons commencé à prendre les choses en main et, dès mercredi, la police s’est rendue sur place. Les deux jeunes hommes suivent actuellement le même traitement que les autres patients de l’hôpital et devront passer devant le board de l’établissement pour bénéficier de soins spécifiques ». Rappelons que les frères Teeroovengadum ont été admis à l’hôpital Brown Séquard ce mercredi, après que la police et les membres de la Family Protection Unit les aient libérés de 14 années de séquestration. Leurs parents, placés en détention policière depuis, ont fait valoir leur droit au silence après que la Cour de Rose-Hill a objecté à leur remise en liberté. Batmahvadee et Sattiaven Teeroovengadum, âgés de 60 ans et de 62 ans respectivement, passeront à nouveau devant le tribunal le 9 avril.