Dans un mémorandum envoyé hier au ministre des Finances et à celui de l’Éducation, la Federation of Special Education Needs Schools (SEN) Associations (FSA), qui compte une vingtaine d’écoles/centres s’occupant de jeunes à besoins spéciaux, plaide en faveur d’une New Comprehensive Grant in Aid Formula, qui serait alignée sur la formule de la PSSA en termes des critères de subventions. Les écoles SEN, écrit la FSA, « are facing severe financial problems and are on the verge of closure ». D’où sa demande pour que ses propositions soient prises en considération dans le budget 2014. L’ex-ministre de l’Éducation, Armoogum Parsuramen, conseiller auprès de la FSA, lance un appel au Premier ministre pour que « l’on offre à ces jeunes des opportunités égales. C’est un droit fondamental », souligne-t-il.
« L’intégration des suggestions faites dans le mémorandum dans le budget 2014 donnerait un nouveau départ à ces écoles, surtout compte tenu des conventions des Nations unies que Maurice a signées », déclare au Mauricien Armoogum Parsuramen. Selon lui, donner des opportunités égales à ces jeunes relève d’un droit humain fondamental. Se basant sur ses longues années d’expérience dans le domaine de l’éducation et des droits des enfants tant à Maurice qu’aux Nations unies, en Suisse, l’ex-ministre se dit convaincu que « si l’on donnait les opportunités voulues à ces enfants, ils pourraient accomplir des miracles ». C’est ainsi qu’il lance un appel spécial « au sens d’humanisme du Premier ministre pour qu’il donne à ces enfants leur chance. Il a pris pas mal d’initiatives en faveur des enfants. Il reste ces jeunes ».
Tout débute avec les grosses difficultés financières que rencontre l’APEIM en avril dernier, induisant la direction à décider de la fermeture de l’école. Après maintes discussions avec les autorités, elle devait heureusement en décider autrement. Toujours est-il que l’association est très préoccupée n’ayant, depuis, obtenu aucune autre réponse des autorités. C’est dans ce contexte de menace de fermeture que la FSA a vu le jour rassemblant à ce jour une vingtaine d’écoles à besoins spéciaux.
Dans le mémorandum soumis aux ministères des Finances et de l’Éducation, la FSA rappelle que lors d’une rencontre au siège du dernier ministère en avril dernier, l’APEIM avait fait état des préoccupations suivantes : gros problèmes financiers depuis quatre ans, allant jusqu’à rendre le paiement des salaires du personnel difficile ; la subvention de l’État, pas satisfaisante car ne tenant pas compte des besoins différents des jeunes qui souffrent de handicaps à des degrés variés et enfin, l’absence de règlements dans le secteur de l’éducation spécialisée fait que les salaires et conditions de travail ne sont pas fixés.
Le ministère, selon le mémorandum, avait alors proposé qu’un de ses départements reverrait la formule existante en vue de satisfaire les divers degrés de handicap. Et que, d’autre part, le ministère du Travail consulterait le NRB en vue d’établir une grille de salaires et de conditions de travail pour le secteur. Et, qu’enfin, il y aurait un comité qui reverrait les normes au niveau de l’assurance pour de telles écoles.
Toutes les écoles SEN, souligne la FSA dans le mémorandum, « are facing the same difficult situation as that of APEIM and may be forced to close down soon ». Elle propose également que la New Comprehensive Grant in Aid formula pour ce secteur soit administrée par la PSSA. Dans cette nouvelle formule, la FSA aborde plusieurs thèmes : écoles ouvertes le jour ou centres résidentiel ; les types de handicap, l’âge des enfants ; le niveau d’éducation ; la taille de l’établissement ; les facilités infrastructurelles etc.
Au chapitre du fonctionnement des établissements, le mémorandum propose que le nombre du personnel soit recruté en fonction des handicaps et l’âge des jeunes. La FSA demande en outre que les salaires soient alignés à ceux des enseignants et autres membres du personnel des collèges de la PSSA. S’agissant des subventions au niveau des dépenses en matière de santé, « the rates may be revised yearly by a percentage calculated from the average of the first and third brackets of the salary compensation table Per Capita Education expenses. This will cover education related expenses. The rates may be revised yearly by a percentage calculated from the average of the first and third brackets of the salary compensation table ».
Sur le plan des motivations, « this element will provide incentive to management to improve quality of service. It may include matching grant and grants for libraries, computer room, special requirements etc ». La FSA demande d’autre part au gouvernement de revoir les CSR guidelines pour intégrer des soutiens de tous types en faveur de telles écoles. S’agissant de la formation des éducateurs, « training should be done in multiple disabilities. This would resolve some adaptation problems and increase performance level of teachers being transferred from one specialized school to another ». Enfin, selon la FSA, il y a nécessité d’organiser des Job fairs à l’intention des jeunes des écoles SEN ayant plus de 20 ans afin qu’ils puissent trouver de l’emploi.