Le ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell, qui a participé hier au Business Forum organisé dans le cadre de la 3rd World Chinese Conference, a préconisé le développement d’une architecture novatrice dans le partenariat avec la Chine. Cette nouvelle perspective doit être bâtie sur les réalisations du passé et sur de solides fondations.
Arvin Boolell a rappelé que les liens entre la Chine et Maurice remontent à l’arrivée des premiers immigrants chinois à Maurice. « The mauritian citizens of chinese descent have always been a source of pride for the country as a whole », a déclaré le ministre des Affaires étrangères. « Leur culture de paix et de tolérance ainsi que leur éthique du travail ont constitué un apport considérable dans l’avancement socioculturel du pays. »
Les fondations des relations fructueuses entre la Chine et Maurice remontent à 40 ans, soit sous l’impulsion de sir Seewoosagur Ramgoolam. L’Empire du Milieu est aujourd’hui le premier partenaire de développement de Maurice. Les échanges commerciaux entre nos deux pays sont estimés à Rs 88 milliards.
Le nombre d’arrivées touristiques de la Chine est aussi en nette progression. Ce pays a d’ailleurs décidé d’accorder à Maurice le statut de « China authorized destination status ». Depuis le 1er juillet 2011, Air Mauritius assure une desserte à destination de Shanghai selon les termes du Bilateral Air Services Agreement.
De son côté, le gouvernement mauricien a décidé de permettre aux citoyens chinois ayant plus de 60 ans d’obtenir leur visa d’entrée à leur arrivée à l’aéroport. Un accord de non double imposition est opérationnel entre les deux pays.
Le ministre des Affaires étrangères avait auparavant souligné que la Chine a toujours été un ami des pays en développement. De plus, a estimé Arvin Boolell, l’Empire du milieu est devenu pour tous une source de prospérité et de progrès. Tous les partenariats stratégiques – bilatéraux ou régionaux –, a-t-il ajouté, porteront l’empreinte de ce pays.