Ashik Gungah, ministre de l’Industrie, du Commerce et de la Protection des Consommateurs, se réjouit que le nouveau mode de calcul conçu pour déterminer les prix de vente des carburants à la pompe a permis une double baisse des prix de l’essence et du diesel. Pour le ministre, sans ce nouveau mode de calcul, les coûts au détail de l’essence et du diesel n’auraient jamais pu baisser pour un montant  de Rs 7.10 et de Rs 6.00 le litre, respectivement, en seulement deux mois et demi. Dans la foulée, il lance un appel pressant aux industriels et autres opérateurs économiques pour que cette baisse “substantielle” des prix se répercute sur les prix de vente de leurs produits et services au profit de la population en général.
Ashik Gungah rappelle que c’est à son initiative qu’un comité de techniciens des ministères du Commerce, des Finances et de la State Trading Corporation (STC) avait été institué en vue de reconsidérer le mode de calcul des prix des carburants à la pompe dans la mesure où, dit-il, il avait été constaté que ces prix au détail ne reflétaient plus la tendance à la baisse des cours mondiaux. Il souligne ainsi que dans son rapport soumis en octobre dernier, le comité avait recommandé des amendements à la réglementation en vigueur “au profit du public consommateur.”
Il a été décidé, entre autres, de modifier la détermination du prix de référence. Précédemment, ce prix était déterminé par rapport à la tendance mondiale sur une période de 12 mois à laquelle était ajoutée un surplus de 4%. Le nouveau mode de détermination ne tient compte que de la tendance sur une période de six mois sans que l’on n’y rajoute quelque pourcentage. L’autre modification majeure apportée touche au Price Stabilisation Account (PSA). Le ministre rappelle que ce fonds ne servait précédemment qu’à absorber toute hausse sur le marché mondial pour que le consommateur à la pompe n’ait pas à payer davantage.
Ashik Gungah explique qu’avec la nouvelle formule adoptée, le PSA sert aussi dorénavant à permettre au public consommateur de profiter de toute tendance à la baisse du cours mondial. Néanmoins, souligne le ministre du Commerce et de la Protection des Consommateurs, il a été décidé de maintenir toujours en réserve dans ce fonds une somme de Rs 1,5 milliard pour parer à toute éventuelle hausse du coût des produits pétroliers à l’avenir. Il révèle qu’au 31 janvier dernier, le PSA disposait de fonds de l’ordre de quelque Rs 2 milliards (Rs 1,998,7 milliard). Le ministre Gungah laisse comprendre que quelque Rs 150 millions du PSA ont servi pour permettre la précédente baisse de 10% du prix à la pompe de l’essence et de 7,7% de celui du diesel en novembre dernier quand le PSA disposait de fonds globaux de l’ordre de Rs 2,1 milliards.
Avec les nouvelles baisses des prix au détail des carburants décidées par le Petroleum Pricing Committee (PPC), mercredi — Rs 2.50 le litre d’essence (6,5% de baisse) et Rs 3.25 le litre de diesel (baisse de 9,92%) —, Ashik Gungah ne manque pas de souligner qu’avec le nouveau mode de calcul, en seulement deux mois et demi, l’essence et le diesel ont, respectivement, connu des baisses de prix de l’ordre de Rs 7.10 le litre et de Rs 6.00 le litre. Mercredi, en effet, le PPC a décidé de ramener de Rs 41.35 à Rs 38.85 le litre d’essence et de Rs 32.75 à Rs 29.50 celui du diesel. “Si l’ancien mode de détermination des prix à la pompe avait été maintenu, il n’y aurait eu aucune baisse à ce jour”, assure le ministre qui s’empresse de féliciter les membres du comité technique institué pour réviser l’ancienne formule de calcul des prix au détail des carburants.
Le ministre lance un appel pressant aux industriels et autres opérateurs économiques pour que cette baisse “substantielle” des prix des carburants se répercute sur les prix de vente de leurs produits et services respectifs au profit de la population en général. Interrogé, Ashik Gungah devait, dans l’empressement, laisser entendre qu’il avait aussi en tête les coûts du ticket d’autobus. Mais à Week-End qui lui faisait remarquer que c’est le gouvernement qui fixe le tarif d’autobus, il devait se raviser en nous invitant à nous adresser plutôt à son collègue responsable du Transport, Nando Bodha
Assistance indienne
Par rapport au gaz ménager, tout en concédant que les coûts sont effectivement en baisse sur le marché mondial, le ministre du Commerce et de la Protection des consommateurs rappelle, néanmoins, que l’État subventionne encore la vente au détail de ce produit aux consommateurs. Des subventions quand bien même en forte baisse. Ainsi, selon les chiffres qu’il a révélés, celles-ci qui se chiffraient à Rs 665 millions pour 2014 sont descendues à Rs 165,5 millions en 2015. Le ministre promet une baisse du coût de la bonbonne de gaz ménager au cas où la tendance à la baisse du cours mondial se maintient et s’il se confirme que l’État n’a plus à subventionner sa vente au public.
Le ministre Gungah, qui a dirigé une délégation de son ministère et de la STC en Inde à la mi-janvier dans le cadre du Sommet Inde/Afrique sur les hydrocarbures, laisse entendre qu’il en a profité pour évoquer avec le ministre indien du Pétrole et du Gaz naturel du renouvellement du contrat d’approvisionnement liant la STC à Mangalore Refinery & Petrochemicals Ltd (MRPL) qui arrive à terme en juillet prochain. Ashik Gungah indique en avoir aussi profité pour aborder avec la partie indienne le projet mauricien de “bunkering hub.” Il dit, de même, avoir obtenu l’assurance d’une assistance indienne pour l’acquisition de deux pétroliers pour les besoins de l’acheminement de nos besoins nationaux en produits pétroliers.
Le ministre annonce, par ailleurs, avoir discuté avec son homologue indien de l’Industrie et du Commerce de la question de garantir la qualité du riz basmati importé de l’Inde. Il a ainsi été décidé que, dorénavant, toute exportation vers Maurice du basmati indien devra préalablement être soutenue par une attestation de qualité qui sera délivrée par l’Export Inspection Council indien. Des négociations semblables sont en cours avec les autorités pakistanaises pour l’importation du basmati pakistanais. Le ministre Gungah annonce, par ailleurs, que le ministère indien de l’Industrie et du Commerce a assuré Maurice de son expertise en matière de métrologie.