À J-4 du début de la phase de conversion des cartes d’identité pour les 18 à 22 ans, le Mauritius National Identity Scheme a réuni la presse hier pour l’informer du déroulement des opérations la semaine prochaine dans les dix centres de conversion à travers l’île. Toutefois, les Mauriciens sont d’ores et déjà avertis : en cas de perte de leur nouveau titre d’identité, il leur en coûtera Rs 350. En cas d’une 2e perte, l’ardoise s’allongera à Rs 700, et à Rs 1 000 pour les pertes suivantes.
Beaucoup a déjà été dit à propos de la nouvelle carte d’identité électronique. Restait cependant une inconnue : le coût d’une nouvelle carte en cas de perte. Ce point vient d’être éclairci. Après avoir déclaré le vol ou la perte du titre d’identité à la police, son détenteur devra débourser Rs 350, s’il s’agit d’une première fois, Rs 700 pour la deuxième, et Rs 1 000 à partir de la troisième. A noter toutefois qu’une somme fixe de Rs 200 a été convenue pour les personnes âgées de plus de 60 ans et celles titulaires d’une pension d’invalidité, et ce quel que soit le nombre de fois où la carte a été perdue. Enfin, l’émission de la nouvelle carte pendant la période de remplacement – qui prend fin en septembre 2014 – est, elle, totalement gratuite.
La phase de conversion démarre le 1er octobre pour la tranche d’âge 18-22 ans, et durera jusque fin novembre. Quelque 92 000 jeunes sont concernés. La formule continuera ensuite par tranches d’âge, et ce de manière ascendante. Question : pourquoi commencer par les plus jeunes ? « Parce que leurs données sont celles qui comportent le moins d’erreurs », explique Rao Rama, Project Director au MNIS. À partir de 22 ans, le nombre de Mauriciens concernés double. Aussi, pour se préparer à ce flux de personnes dans les centres de conversion, il a été prévu que le personnel soit renforcé, et ce à partir de décembre, précise ce dernier. Chaque centre compte une quinzaine d’officiers.
L’émission de la nouvelle carte d’identité se fera en deux étapes : l’enregistrement et la récupération des pièces, soit deux semaines plus tard environ. Les centres de conversion se situent à Port-Louis, Quatre-Bornes, Rose-Hill, Ébène, Mahébourg, Chemin-Grenier, Vacoas, Centre-de-Flacq, Goodlands et Bambous. Ils seront ouverts dès 10 h en hiver et 10h30.
Un Queue Management System a été instauré dans ces centres. Les Mauriciens seront accueillis selon la formule « premier arrivé, premier servi ».
Lors de leur arrivée dans leur centre de conversion, les Mauriciens devront fournir leur ancienne carte d’identité, mais aussi leur acte de naissance, certificat de mariage et une preuve d’adresse (facture de la CWA, du CEB, de téléphone, ‘rent book’ ou relevé bancaire). Vient ensuite l’étape de vérification et d’enregistrement des données. Enfin, étape 3 : la prise d’empreintes digitales, lesquelles seront prélevées en trois temps, en commençant par l’index, le majeur, l’annulaire et l’auriculaire, une main après l’autre, puis, en dernier, les deux pouces. La vérification des empreintes sera pratiquée en présence du propriétaire de la carte. Aussitôt la procédure complétée, l’officier n’aura plus accès aux données. L’ensemble de la procédure pendra en moyenne entre 15 et 20 minutes. Dernière étape : la vérification et validation des données par le citoyen, après quoi un reçu lui sera remis lui indiquant la date à partir de laquelle il pourra récupérer sa nouvelle pièce d’identité, soit un délai de 15 jours.
Le jour où il récupérera enfin sa carte, le Mauricien devra présenter son reçu et apposer ses doigts sur le lecteur d’empreintes. Ce procédé activera la carte d’identité électronique afin que son détenteur puisse l’utiliser. En d’autres mots, personne d’autres – y compris les membres de la famille – ne pourra récupérer sa pièce. L’ancienne carte d’identité sera perforée puis retournée à son propriétaire. Ce dernier signera ensuite un collection form.
A noter que dix centres mobiles ont été prévus pour les personnes alitées et les handicapés, pour autant cependant que ces derniers soient enregistrés sur la liste de la Sécurité sociale. Ces centres feront également le déplacement pour les entreprises en ayant fait la demande ainsi que dans les prisons.
En ce qu’il s’agit de Rodrigues, deux centres de conversion ont été mis sur pieds, un à Port-Mathurin et l’autre à La Ferme. La conversion débutera en janvier 2014 et devrait prendre 6 mois.