Les joueuses Liza Bonne (g.) et Nathalie Létendrie-Laurette entourent leur entraîneur, Pascal Ava

Les quatre beachvolleyeurs, Gilbert Alfred, Akash Doobraz, Liza Bonne et Nathalie Létendrie-Laurette, qui se rendront au Nigeria demain, se sont vus remettre des équipements aux couleurs de Maurice, hier, peu avant leur séance d’entraînement à Réduit. L’occasion pour eux d’évoquer les objectifs à atteindre en terre africaine, tout en gardant les yeux sur les JIOI (19-28 juillet).

D’emblée, Nathalie Létendrie-Laurette et sa partenaire Liza Bonne ont coché des buts à atteindre. « Nous avons hâte d’y aller. Il s’agit avant tout d’acquérir de l’expérience pour la suite », dit Nathalie Létendrie-Laurette.

Pour ce déplacement, qui s’annonce somme toute compliqué, l’équipe a déjà les yeux rivés sur les leçons à tirer. « Ces derniers, les choses se sont intensifiées. Nous avons mis au point nos stratégies tactiques, techniques et physiques dans le but d’être compétitives aux JIOI », avance Liza Bonne.

Gilbert Alfred, de son côté, brosse un portrait optimiste de la situation. C’est accompagné de son camarade Akash Doobraz qu’il fera le saut au Nigeria. Là-bas, la performance des Mauriciens dépendra des paramètres en place.
« Nous abordons cette compétition comme une préparation pour les JIOI. C’est une des étapes les plus importantes pour nous, puisqu’on pourra se jauger en amont des Jeux », analyse Gilbert Alfred.

Il y a, toutefois, un objectif que les deux équipes surveilleront du coin de l’oeil. Cette CAVB Nations Cup servira également de phase qualificative pour les mondiaux de beach-volley, qui se tiendront en juin prochain en Allemagne.

Les deux formations souhaitent donc terminer au moins à la quatrième place pour valider leur ticket. « Ce sera dur, d’autant que l’opposition s’annonce costaud », dit Gilbert Alfred.
En effet, 24 pays ont confirmé dans chaque tableau. Et parmi, les grosses pointures du continent, à l’instar de l’Égypte, le Maroc, l’Algérie et le Rwanda, pour ne citer que celles-ci.
« Ce sont des équipes qui ont de l’expérience dans le beach-volley », dit encore Liza Bonne.

Chez les garçons aussi les choses seront compliquées, selon Gilbert Alfred. « C’est pour cela que nous n’allons pas nous concentrer sur la quatrième place. Nous prendrons les choses étape par étape. »

Le coup est-il jouable ? « Tout dépendra des paramètres là-bas. Mais s’il y a un coup à tenter, nous le tenterons jusqu’au bout », affirme Gilbert Alfred.
La délégation, accompagnée de Reza Itoola et de Pascal Ava, quitte Maurice demain. Elle mettra le cap sur Johannesburg, puis sur Addis Abeba avant d’attérir à Abuja. La compétition démarrera le mardi 23 pour prendre fin le samedi 27 courant.