L’un des premiers dossiers de haute tension qui pourrait remonter à la surface au début de 2015 n’est autre que celui de la construction de la centrale thermique au charbon de CT Power de 100 MW à Pointe-aux-Caves, Albion. Avec l’installation du nouveau gouvernement de l’Alliance Lepep, de puissants lobbies politiques et financiers derrière la réalisation de ce projet sont revenus à la charge en vue d’éliminer les derniers obstacles à la mise en opération de cette centrale électrique à partir de 2017. De l’autre côté, les militants anti-charbon, réunis au sein du Kolektif Lenerzi Renouvlab (KLR) et de la People’s Coalition Cooperative Renewal Energy, ne s’avouent pas pour autant vaincus devant cette nouvelle offensive pour forcer la main aux autorités. Au nom de ces deux organisations, Michel Chiffonne, un des animateurs de Rezistans ek Alternativ, et Yan Hookoomsing, militant écologique, ont écrit officiellement au vice-Premier ministre et ministre des Utilités publiques, Ivan Collendavelloo, lui rappelant la promesse faite par les élus de Grande-Rivière-Nord-Ouest/Port-Louis Ouest (No 1) aux habitants de Pointe-aux-Sables et d’Albion au sujet de ce projet de centrale thermique à charbon. Une façon de dire que le feu couve sous les cendres en attendant de voir le gouvernement se prononcer officiellement sur la question.
Au sein de la nouvelle équipe de la majorité gouvernementale, la présence des pro-CT Power s’annonce encore plus marquante mais avec une constante, la silhouette de Somduth Dulthummun, qui ne s’est épargné aucun effort pour défendre la cause des promoteurs de ce projet. Techniquement, au terme des conditions imposées dans l’Environmental Impact Assessment (EIA) Licence, il ne reste que le feu vert du secrétaire financier au sujet du montage financier proposé pour que le tour soit joué.
Des sources proches de CT Power, les détails du financement ont déjà été communiqués au gouvernement avec deux institutions bancaires indiennes se portant garantes. La préoccupation majeure est que les promoteurs doivent disposer des ressources financières nécessaires pour compléter les travaux selon le calendrier établi. Les investissements sont estimés à quelque Rs 11,6 milliards, soit 350 millions de dollars américains pour les équipements, avec une probable nouvelle escalade des coûts, soit les deux turbines de 55 MW chacune, Rs 500 millions pour la mise en place du réseau de transmission et Rs 650 millions pour la construction d’une jetée en vue du débarquement à Pointe-aux-Caves du charbon importé d’Afrique du Sud.
Avant de porter son choix définitif sur le projet de CT Power, le Central Electricity Board s’est retrouvé avec quatre options, dont les coûts variaient entre 222,4 millions de dollars américains et 339 millions de dollars avec la Circular Fluidused Bed Combustion CFBC). Cette dernière proposition fut retenue à la condition expresse que la centrale thermique soit équipée d’une Fabric Filter Option, nécessitant des dépenses supplémentaires de neuf millions de dollars, portant le coût à 348 millions de dollars contre le coût original de 182,5 millions de dollars de 2006.