La publication de l’étude préliminaire du bureau d’experts-conseils KPMG portant sur la “Feasibility Study for the Resettlement of the British Indian Ocean Territory” (BIOT) a provoqué une première réaction diplomatique officielle de Maurice. Après une première analyse par les conseils légaux du contenu de ce rapport, avec une volte-face de Londres arrivant à la conclusion qu’il n’y a pas d’obstacle au repeuplement des Chagossiens dans l’archipel, l’hôtel du gouvernement a transmis, par voie diplomatique, une Note Verbale de protestation à Londres en vue de préciser la position de Port-Louis sur ce nouveau développement. Entre-temps, le Chagos Islands All-Party Parliamentary Group de la Chambre des Communes, qui s’est réuni hier à Londres, met en exergue le coût élevé du relogement des Chagossiens selon les chiffres contenus dans le rapport préliminaire des experts.