Mercredi 25 novembre, les écologistes de la coalition Aret Kokin Nu Laplaz (AKNL) manifesteront à l’heure du déjeuner à Port-Louis dans le cadre d’une intensification de leur mobilisation contre la construction du Chaland Resort Hotel à La Cambuse. Ils demandent par ailleurs aux promoteurs de repousser le début des travaux de l’hôtel afin de permettre à l’Environment and Land Use Appeal Tribunal de se prononcer sur leur demande d’injonction.
« Les Mauriciens dans leur ensemble doivent réaliser que la défense de notre patrimoine commun ne peut être l’affaire des militants écologistes uniquement. C’est l’affaire de tous », a martelé Ian Jacob, membre de la coalition Aret Kokin Nu Laplaz (AKNL), hier lors d’une rencontre avec la presse au Centre CARES à Moka. Il était entouré de Yan Hookoomsing et de Veena Dolah, entre autres.
La coalition AKNL se mobilise depuis des mois contre la construction du Chaland Resort Hotel à La Cambuse par le groupe Currimjee Jeewanjee.
« Nou na pa pe lager kont enn lotel lor enn laplaz piblik dan Moris. Nou pe lager kont enn tip de devlopman ki na pa dirab. Enn devlopman ki fer pou gagn profi a kour term ek ki pa less narien, sinon enn pei degrade, pou bann zenerasion ki vinn apre nou », soutient Ian Jacob.
Yan Hookoomsing a rappelé pour sa part que AKNL milite pour un développement touristique qui prend en compte l’intérêt général de tous les Mauriciens sans distinction. « Nou pale enn devlopman ki detrwir, me ki permet a tou bann Morisien ek a bann zenerasion ki vinn apre nou zot osi gagn zot lavi ek kontigne zwir seki la natir finn donn nou », dit-il. Le militant écologiste a proposé le concept du développement touristique chez l’habitant. « Deza bann lotorite finn fer kone ki nou ena trop bokou lotel dan Moris, ki ena bokou lotel ki res vid, parski nou ena trop bokou lasam lotel. Nou, nou prekoniz enn tourism « chez l’habitant » kot tou ti dimounn dan enn landrwa kapav gagn zot lavi ek kot la natir na pa detrwir ».
« L’empressement » des promoteurs du groupe Currimjee Jeewanjee à démarrer fin novembre les travaux de construction de l’hôtel prive aussi le tribunal d’appel de l’environnement de l’occasion de se prononcer sur leur demande d’injonction pour stopper ces travaux, soutient encore Yan Hookoomsing. « S’ils sont si confiants d’avoir scrupuleusement respecté toutes les procédures, comme ils disent, et qu’ils sont dans leur bon droit et qu’ils ont raison sur toute la ligne, nous leur demandons de repousser pour 15 jours encore le début des travaux afin de permettre au tribunal de se prononcer sur notre demande d’injonction. Pourquoi tant d’empressement ? »
Yan Hookoomsing a par ailleurs indiqué que la controverse ne se situe pas au niveau des ruines et autres vestiges à La Cambuse, mais sur les dunes et Mare-aux-Songes. Il a réaffirmé que l’hôtel sera construit sur les dunes, qu’il va déstabiliser et détruire, de même qu’il affectera Mare-aux-Songes, un patrimoine mondial. « Construire sur les dunes c’est les détruire et cela va impacter sur le parc marin, la plage et les écosystèmes marins. De même, cela sera néfaste pour Mare-aux-Songes, l’unique site archéologique d’importance mondiale où l’on retrouve les restes du dodo », s’indigne-t-il.
« Voilà pourquoi nous demandons à la population de se mobiliser derrière la coalition. Seule la mobilisation du peuple peut contrecarrer l’appétit grandissant d’un empire financier avide de profits à court terme », a conclu Yan Hookoomsing avant d’exhorter les Mauriciens à venir en grand nombre le 25 novembre prochain dans les rues de Port-Louis.