Lovena Mungur, aussi connue sous le nom de Nishta, âgée de 25 ans, habitant Lallmatie, porte à elle seule tout le poids de la douleur du drame du chenal de la Grande-Rivière-Sud-Est (GRSE) de mercredi qui a fait quatre victimes emportées par les eaux. Assise entre les deux canapés dressés l’un à côté de l’autre pour accueillir la dépouille de son époux, le constable Chetlallsing Mungur, qui était âgé de 30 ans, et celle de son bébé, Lovish Priyansingh, qui devait avoir 8 mois aujourd’hui, les images traumatisantes de l’embarcation qui chavirait à quelque 200 mètres du débarcadère de Deux-Frères, où ils devaient débarquer après une sortie de détente entre collègues à l’île-aux-Cerfs, ne cessent de la hanter. Elle est inconsolable : ses deux trésors, son époux et son bébé, sont décédés. Elle n’a plus que sa fille aînée, Nishika Mungur, âgée de 3 ans. Quelques kilomètres plus loin, à St-Julien Village, le destin a encore frappé. La WPC Urmilla Mewa, âgée de 24 ans, qui vient de fêter ses cinq ans au sein de la force policière, a été arrachée presque à la porte du bonheur. Vendredi, soit un peu plus de 24 heures après les événements bouleversants de GRSE, elle devait confirmer ses fiançailles avec un membre de la National Coast Guard. Vers 10h, mercredi, elle avait quitté le toit familial pour une sortie entre collègues pour ne jamais revenir. A Laventure, un autre village de l’Est, les Shamloll, tous deux membres de la force policière, n’arrivent pas à accepter ce qui s’est passé vers les 17h  au large du débarcadère de Deux-Frères. La colère du père, Sachin Shamloll, est encore plus sourde, car en plus d’avoir perdu son unique fils, Vagish, 4 ans, il n’avait pas été informé par son épouse, la WPC Shamloll, qu’ils étaient partis à l’île-aux-Cerfs, alors que cette dernière était « On Sick Leave ».