Après avoir été placée sous respiration artificielle durant six jours, Keshnee Purmasingh a finalement rendu l’âme hier soir à l’hôpital de Rose-Belle. Élève en Lower VI au collège Hindu Girls, cette jeune fille de 17 ans était tombée d’un autobus lundi dernier après que la porte de sortie de secours se soit accidentellement ouverte.
Ce jour-là, l’adolescente avait grimpé à bord de l’autobus de Rivière-du-Poste, qu’elle prend habituellement après ses heures de cours. Le véhicule étant excessivement rempli, l’adolescente avait dû se contenter d’une place debout, avait déclaré au Mauricien Anisha, une de ses amies. Lorsque le véhicule est arrivé à proximité d’Union Park, Keshnee Purmasingh s’est rendu compte que l’issue de secours s’était ouverte. Elle serait alors tombée sur l’asphalte en tentant de la refermer. « Sa tête a heurté violemment le sol dans un bruit sourd », avait confié Anisha, témoin de la scène. Lorsque cet incident a été rapporté au conducteur de l’autobus – un certain Vikash Sookahee –, celui-ci aurait répondu que ce n’était « pas son problème » et ne se serait arrêté que deux arrêts plus loin, selon l’amie de la victime. Or, dans sa déclaration aux policiers de Rose-Belle, Vikash Sookahee soutient, lui, que la jeune fille aurait délibérément sauté.
Conduite à l’hôpital Jawaharlal Nehru de Rose-Belle par des volontaires, Keshnee Purmasingh a immédiatement été placée sous respiration artificielle et ses proches ont été avertis par l’une de ses amies. D’après Pascal Cassy, un des volontaires, « l’adolescente avait presque perdu connaissance et n’était déjà plus en mesure de réagir ». Son état de santé s’était ensuite dégradé. Et la jeune fille a finalement rendu l’âme à 19h05 hier, laissant derrière elle ses parents et proches accablés par la douleur. Le convoi mortuaire devait quitter le domicile de son père, à Gébert Lane, Rose-Belle, à 14h30 aujourd’hui pour se rendre au lieu de crémation Marie Jeanee, situé dans la localité.
Les poursuites contre le conducteur de l’autobus sont quant à elles maintenues. Après avoir été libéré sous caution mercredi dernier par la Cour de Mahébourg après qu’une charge d’“unvoluntary wounds and blows” ait été logée contre lui, le décès de l’adolescente lui vaut cette fois une accusation provisoire d’homicide involontaire.