EPG

Ça y est : le Metro Express est déjà à l’horizon ! Alors que celui-ci est en phase d’effectuer une série de marches d’essai avant d’être opérationnel, certains se posent encore des questions quant à la viabilité de ce projet pour décongestionner les routes à Maurice. Car circuler sur nos routes est devenu un réel « challenge ».

En se projetant au cœur du problème du système de transport, tous le constatent que les transports en commun sont d’une manière générale inefficaces à Maurice. L’on perd dix fois plus de temps dans les bus, qui ne sont souvent pas à l’heure, qui, pour bon nombre, arrêtent leur service vers 18h, qui ne servent pas toutes les routes – ce qui n’est finalement pas pratique et qui devient vite contraignant. Or, si nous pouvions compter sur un système de transport fiable à Maurice, beaucoup délaisseront leurs voitures car la voiture devient inutile lorsqu’il y a un système qui est efficace !

Un jour en demandant les horaires des bus à un receveur, l’on m’a répondu : « Bis-la pou vini ant 7h30 – 8h. Bizin atann. » Donc, toi tu dois être à l’arrêt avant 7h30 pour que le bus arrive à 7h31 un jour, 7h42 l’autre jour et 7h48 le jour suivant. Mais n’est-ce pas possible de faire les choses d’une manière plus organisée ?

Les autorités devraient peut-être penser à afficher les horaires des bus sur chaque arrêt de bus ou à la gare et prévenir en cas de retard. Si nous sommes bien avancés technologiquement dans les domaines bancaires par exemple à Maurice, nous sommes loin derrière en termes d’efficacité au niveau des transports. Il ne faudrait donc pas s’étonner que si nos routes sont de moins en moins fluides, c’est parce que tous préfèrent prendre sa voiture. C’est ainsi que l’autosolisme devient de plus en plus courant à Maurice. Combien de personnes sont seules à bord de leur véhicule ?

Par ailleurs, le co-voiturage, surtout le partage des trajets domicile-travail, serait un vrai plus pour décongestionner le trafic. Il faudrait toutefois avoir des paramètres en termes de sécurité comme l’a parfaitement fait Blablacar (le numéro 1 du service de covoiturage en France).

Le système de transport inefficace peut être également une des racines du problème en lien avec les accidents. Avec le flux de trafic de plus en plus dense à Maurice, cela rajoute une couche de stress additionnel dans le quotidien des usagers de route, qui finissent par perdre patience et font n’importe quoi sur la route. Ces éléments ne sont pas à écarter lorsqu’on analyse le nombre d’accidents. Et si l’on rajoute à cela les routes fissurées ?  Et les chemins à double sens trop étroit ? Au final, nous avons trop d’ingrédients qui n’emmènent ainsi pas une route très agréable pour circuler en toute tranquillité sur notre petite île Maurice.

Dans le même élan de décongestionner les routes, certaines solutions pourraient être pensées pour des villes plus fluides en se penchant sur l’intérêt de les piétonniser. En ayant récemment utilisé le système de Park & Ride (qui propose des navettes pour se rendre à Port-Louis en y laissant sa voiture sur l’espace parking dédié), j’y vois une réelle opportunité de marché pour les autres villes telles que Quatre-Bornes, Rose-Hill ou encore Curepipe.  Il y aurait moins de casse-tête pour les places de stationnement et moins de guerres de piétons/voitures, rendant un shopping plus agréable en ville.

Hormis le Metro Express, qui devient une réalité à Maurice, il reste encore un travail de fond à perdurer à d’autres niveaux pour rendre une route plus sûre à travers un système de transport plus efficace. On lui souhaite du courage à notre nouveau ministre des Transports pour relever ces défis !