La mise en place d’une ‘Market Fair’ à Cité Mangalkhan provoque des remous à la mairie de Curepipe. Alors que Hans Marguerite, conseiller du MMM, dit soutenir « les mères de familles habitant la région », Marie-Michèle Lepredour, du Ptr, estime pour sa part que les activités maraîchères nuisent à l’environnement du quartier.
C’est par une question de Hans Marguerite, du MMM, à Mario Bienvenu qu’a été soulevée la question des maraîchers et marchands ambulants opérant à Cité Mangalkhan, précisément à côté des « loges » de ce quartier. Revenant sur l’opération « coup de poing » de vendredi, il a souhaité savoir si Mario Bienvenu, maire de Curepipe, était au courant de cette activité, menée également avec les officiers de la mairie. Ce à quoi l’intéressé a répondu par l’affirmative. Hans Marguerite devait alors déplorer les conditions dans lesquelles l’opération s’est déroulée. « Ce sont des mères de familles. Était-il vraiment utile que quatre vans de la police détruisent leurs produits ? » s’est-il demandé.
Marie-Michèle Lepredour, conseillère du Ptr et travailleuse sociale dans la région, a quant à elle estimé que l’intervention cadrait avec les plaintes des habitants. Car, dit-elle, les opérations maraîchères détruisent l’image du quartier. « À la fin de la journée, lorsque les marchands plient bagages, il ne reste plus que des débris… ce qui nuit à l’environnement de la région », soutient ainsi Marie-Michèle Lepredour. Et de rappeler que les activités maraîchères se tiennent précisément dans une allée empruntée par des touristes, qui profitent des boutiques de la région. « Quelle image projetons-nous ? » s’interroge-t-elle.
Pour Marie-Noëlle, habitante du quartier, il est « important » que les maraîchers continuent d’opérer dans la discipline et le respect de l’environnement. La présence de ces marchands permet cependant aux habitants de la région de se fournir en fruits, légumes et vêtements, et ce sans être contraint de rejoindre le centre ville. « C’est un atout pour la région. » À noter que les maraîchers sont présents tous les jours, quelquefois même jusque 17h.
La municipalité envisage la construction d’un marché dans la région pour régulariser les maraîchers qui y opèrent. Hans Marguerite a exprimé le souhait que les résidents travaillant sur ce site ne soient pas mis à l’écart lors de la distribution des étals dans le futur édifice. « Ce sont des habitants de la région. Il est important qu’ils soient privilégiés dans le cadre de ce projet », a-t-il fait comprendre.
Du côté de la mairie de Curepipe, on tient à indiquer que cette opération « coup de poing » d’inscrit dans le cadre des initiatives de la municipalité afin de décourager les marchands ambulants d’opérer dans la Ville Lumière.