Les responsables de l’enquête policière sur le drame passionnel survenu à Cité Vallijee en milieu de semaine devront encore patienter avant de pouvoir faire la lumière sur cette affaire. En effet, la victime et main witness Remena Jumeau (18 ans), ayant été poignardée par son petit ami Steward Rolfo (31 ans) après une violente dispute, se trouve toujours en observation à l’hôpital Jeetoo. Vraisemblablement pris de remords après cette agression, et pensant avoir tué sa copine, le jeune homme s’est peu après donné la mort, par pendaison, à son domicile.
En dépit des informations recueillies, au lendemain du drame, auprès de sources médicales à l’hôpital Jeetoo, confirmant que Remena Jumeau était bel et bien hors de danger, cette dernière est toujours gardée sous observation dans l’établissement hospitalier. Hier en début d’après midi, du côté de la police, l’on confirmait que la jeune fille n’est définitivement pas en état de donner son statement aux enquêteurs, ce qui leur permettra de faire la lumière sur  les circonstances de ce drame passionnel. Selon nos recoupements, au moins deux interventions chirurgicales ont été effectuées sur la collégienne, dont une très délicate dans la nuit de mardi à mercredi. Toutefois, en fin de semaine, la victime a été transférée dans la salle N° 10 de l’hôpital.
À l’origine, rien n’aurait pu laisser imaginer qu’une telle scène, qui fait froid dans le dos, aurait pu se dérouler entre les deux tourtereaux, qui entretenaient une relation amoureuse depuis environ trois ans. « Steward ti enn dimounn korek. Monn gayn sok et mo finn tombe kan mo finn aprann sa nouvel-la. Sa koup-lan zot abitye lager apre zot korek. Me tifi-la so papa pa ti pe aksepte ki Steward sorti ar li… », confie Berty, le frère de Steward Rolfo.
Un habitué de la famille de la jeune fille, plus particulièrement du côté de la mère de celle-ci, Steward Rolfo s’est présenté au domicile de la grand-mère de Remena Jumeau, à Cité Vallijee, dans l’après-midi de mardi. Habitant la même localité, Steward Rolfo a sans doute profité du fait que sa copine passait la journée chez sa grand-mère pour venir lui rendre visite.
Mais une violente discussion entre les amoureux, qui étaient alors tous deux assis sur le divan du salon de la grand-mère, devait tourner au drame. « Mo ti malad. Mo ti pe alonze lor lili dan la sam kan sa finn arive. Mo pann mem tann zot diskite. Enn moma mo nek tann mo ti-zanfan kriye… », explique la grand-mère de Remena. Alertée par les hurlements et les appels au secours de la collégienne, elle devait, à son arrivée dans le salon, constater une scène des plus effroyables : sa petite-fille gisant dans une mare de sang.
« Steward, to finn touy li », hurle à cet instant la grand-mère, affolée, au jeune homme qui quitte alors immédiatement les lieux pour se réfugier à son domicile familial, quelques rues plus loin. Probablement dépassé par les événements et pris de remords, Steward Rolfo commettra l’irréparable, en pensant avoir mortellement poignardé sa petite amie de 18 ans. Dans sa chambre, au premier étage de la maison située à rue Cronin, il se donne la mort. À l’aide d’un fil de nylon qu’il se noue autour du cou, Steward Rolfo se pend à un ventilateur fixé au plafond. L’autopsie pratiquée le même jour par le Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, attribuera les causes de la mort du trentenaire à « asphyxia due to hanging ».
Dans l’entourage de Steward Rolfo à Cité Vallijee, on ignore toujours les motivations exactes l’ayant poussé à agresser sa petite amie à l’arme blanche, au point de l’envoyer en soins intensifs. D’autant plus que les témoignages obtenus des membres de sa famille, aussi bien que celle de la jeune fille, présentent Steward Rolfo comme étant un « bon garçon ».