Le secrétaire de la National Transport Corporation Worker’s Power Union (NTCWPU), Prithiviraj Sombary Doss, poursuit sa grève de la faim entamée mercredi dernier, en attendant une décision de l’Employment Relations Tribunal (ERT) cet après-midi. Ce chauffeur de la Compagnie Nationale de Transport (CNT) estime que sa suspension est « illégale ». La compagnie, elle, fait valoir que le gréviste avait déjà écopé d’un final warning.
Prithiviraj Sombary Doss a été suspendu de son poste le 2 mai dernier, suite à une conférence de presse. Il avait alors déclaré que les chauffeurs et receveurs en congé, mais appelés à assurer le service du 1er mai, n’étaient pas rémunérés selon la loi. Ayant repris le travail lundi dernier avant d’être interdit à nouveau, Prithiviraj Sombary Doss a décidé d’observer une grève de la faim.
À ce jour, aucune solution n’a été dégagée de ce litige. Le principal concerné avance qu’une décision sera prise en concertation avec son avocat, Me Rama Valayden, après une séance à l’ERT cet après-midi. Le syndicat a en effet porté plainte au tribunal car, selon ses dires, « la compagnie refuse de signer le check off agreement, en dépit d’un ordre de l’ERT. »
De son côté, la CNT a tenu à clarifier cette situation en précisant que Prithiviraj Sombary Doss avait été appelé à fournir des explications suite aux propos qui lui sont reprochés. Après avoir déclaré qu’il allait faire « rectifier » l’information, il est venu « maintenir tout ce qu’il avait dit dans sa conférence de presse. »
La CNT avance également que le secrétaire de la NTCWPU avait déjà écopé d’un « final warning » suite à un incident survenu l’année dernière, où le gréviste aurait « abandonné son autobus à la gare routière pendant plusieurs heures ». Concernant le service spécial route du 1er mai, la CNT affirme qu’« un package a été proposé à ceux qui n’étaient pas on duty ce jour-là. »
Pour ce qui est du cas du Directeur des Ressources Humaines, maintenu en poste en dépit d’une condamnation pour vol à la Cour de Flacq, la CNT annonce que celui-ci a fait appel contre ce jugement. En attendant, aucune action n’a été prise contre lui.