À l’occasion du 183e anniversaire de l’abolition de l’esclavage en ce jeudi 1er février, de nombreuses personnalités politiques étaient présentes ce matin au village du Morne afin d’honorer officiellement la mémoire de nos ancêtres. Cette année, le thème de la célébration est comme suit: « L’homme a prié pour que la chaîne soit brisée » (Fritz Laratte).

Plusieurs dignitaires ont fait le déplacement pour commémorer cet événement

Accueillis au rythme des tam-tams, plusieurs dignitaires, dont le Vice-premier ministre Ivan Collendavelloo, le leader de l’opposition Xavier-Luc Duval ou encore le ministre des Arts et de la Culture Pradeep Roopun, ont fait le déplacement pour commémorer cet événement.

Le ministre des Arts et de la Culture s’est dit émotionné par cette commémoration. Pradeep Roopun a procédé à un long hommage au travail accompli par nos ancêtres. « C’est l’occasion de réfléchir à nos racines et d’honorer nos ancêtres. Nous devons reconnaître que nos ancêtres ont grandement contribué à faire de ce pays ce qu’il est aujourd’hui », a affirmé le ministre Roopun. Il a ainsi assuré la population que le gouvernement planche actuellement sur les infrastructures des villages, dont le Morne, et du district de Rivière Noire afin d’assurer un meilleur avenir aux habitants de ces régions.

Les invités accueillis au rythme des tam-tams

Pour sa part, l’adjoint au Premier ministre, Ivan Collendavelloo, s’est exprimé longuement sur la Jamaïque et la rébellion des esclaves. Il a de plus profité de cette opportunité pour faire un clin d’œil au Libéria qui a connu des temps difficiles. « Aujourd’hui, ce n’est pas seulement une fête. L’esclavage a certes été aboli, mais la souffrance est toujours présente », soutient-il.
Ivan Collendavelloo s’est ensuite adressé au corps diplomatique présent et l’a remercié de son soutien au dossier Chagos. « Notre lutte est internationale. Nous avons combattu toute tentation de nous diviser »

Poursuivant son allocution, Ivan Collendavelloo a encouragé la nation mauricienne à avancer « main dans la main » pour un meilleur avenir. Il a d’ailleurs fait mention du salaire minimum, introduit par le Premier ministre: « Pravind Jugnauth a introduit le salaire minimum, c’est aussi ça la fin de l’esclavage »

Plusieurs dignitaires ont fait le déplacement pour commémorer cet événement.

Xavier-Luc Duval a, quant à lui, commenté l’affaire Gaiqui. Le leader de l’opposition a prévu de rencontrer prochainement les proches du suspect, qui dit avoir été maltraité par des policiers de la CID de Curepipe.