Philippe Hao Thyn Voon a levé le voile ce matin sur les raisons entourant le renvoi de l’Assemblée générale élective du Comité olympique mauricien (COM). Une fonction initialement prévue jeudi prochain et reportée au jeudi 4 avril au même endroit, soit l’hôtel Gold Crest à Quatre Bornes. La raison principale demeure à son avis l’ingérence de forces extérieures quant au déroulement de ce scrutin. De ce fait, il comptera sur la venue de conseillers légaux d’une fédération internationale, dont il ne citera pas le nom, pour la supervision de cet exercice.
La nouvelle d’un éventuel renvoi s’était répandue comme une traînée de poudre, hier en début d’après-midi. Cette éventualité se confirmait suite à la convocation d’une réunion urgente du comité directeur à 16h. Une réunion longue de 90 minutes où manquaient à l’appel Mario Hung Wai Wing (3e vice-président) et Sanjay Goboodhun (responsable de l’Académie olympique). Face aux membres présents, Philippe Hao Thyn Voon a mis en exergue les ingérences internes qui auraient pu nuire au bon fonctionnement de cette élection. « Valeur actuelle, je ne peux divulguer ces interférences. Toujours est-il que je considère cela comme très grave. »
Il s’appuie sur les articles 4 (2) des statuts du COM et du paragraphe 27.6 de la Charte Olympique pour appuyer sa thèse. Ces articles se lisent ainsi : « The Mauritius Olympic Committee must preserve its autonomy and resist all pressure of any kind, including but not limited to political, legal, religious or economic pressure which may prevent it from complying with the Olympic Charter »
Selon le président du COM, les conseillers légaux statueront si Doreen Tiborcz et Nundkishore Fakun, respectivement représentants des fédérations de natation et d’haltérophilie, pourront participer au scrutin. Il en sera de même pour cinq autres fédérations, que le camp adverse dirigé par Jean-Michel Giraud, considère comme fictives. Ces fédérations étant l’escrime, le pentathlon moderne, l’aviron, le canoë-kayak et le hockey. À ses détracteurs qui avancent qu’il fuit le scrutin et qu’il cherche une échappatoire, Philippe Hao Thyn Voon rétorque : « Je ne fuis pas. Je n’ai pas peur, mais je m’élève contre l’ingérence et l’injustice. »
Giraud : « La raison ne tient pas la route »
Réagissant au renvoi de ces élections, Jean-Michel Giraud nous a déclaré ce matin : « Je suis très déçu de voir que le COM a renvoyé l’AG au 4 avril. Je pense qu’il existe à Maurice des institutions, comme la commission électorale, qui avait supervisé les élections comme les fois précédentes. Nous n’avons pas besoin d’une expertise étrangère pour le faire. Je ne sais pas si ce renvoi est motivé par des calculs électoraux ou autres. Mais la raison même ne tient pas la route. Il n’y a aucune raison de faire appel à une instance internationale. »
Reste que la liste des candidats pour les différents postes à pourvoir a été officialisé ce matin. Le seul qui est assuré de se retrouver au sein du prochain comité directeur demeure Vivian Gungaram, l’actuel secrétaire général n’ayant pas d’adversaire pour ce poste. Les autres postulants sont Philippe Hao Thyn Voon et Jean-Michel Giraud (président), Vinod Persunnoo et Rajiv Rajcoomar (1er vice-président), Mario Hung Wai Wing et Richard Papie (2e vice-président), Vinod Persunnoo, Alain St Louis et Aarti Gulrajani-Descann (3e vice-président), Kaysee Teeroovengadum et Alain St Louis (assistant secrétaire général), Kim Guého et Raj Gaya (trésorier), Yousouf Bayjoo et Norbert Froget (assistant-trésorier), Philippe Lee Chin Chung, Aarti Gulrajani-Descann, Norbert Froget, Patrick Bradshaw, Daniel Gérard, Rajiv Rajcoomar, Raj Gaya, Alain St Louis et Joseph Mounawah (membres).
Par ailleurs, Stephan Buckland sera de nouveau le représentant masculin des athlètes au sein du comité directeur. Il a été élu de facto, du fait qu’aucun autre athlète n’a fait acte de candidature. Élu pour la première fois en 2009, Buckland a participé à quatre éditions des Jeux Olympiques, soit Atlanta (1996), Sydney (2000), Athènes (2004) et Beijing (2008). Sa meilleure prestation demeure une place de finaliste sur 200 m à Athènes. Du côté féminin, deux candidates seront en lice, à savoir la triathlète Fabienne St Louis et l’ancienne badiste Karen Foo Kune. Le choix devait être effectué cet après-midi par les sportifs ayant déjà participé aux Jeux Olympiques. Pour rappel, ce poste était occupé par l’archère Véronique d’Unienville.