Une nouvelle réunion du comité disciplinaire d’Airport of Mauritius Ltd (AML) concernant le président de l’Airports of Mauritius Limited Employees Union (AMLEU), Sharvin Sunassee se tiendra, ce lundi 20 janvier à 14h à la Newton Tower.

Aucune décision n’avait été prise vendredi lors de la réunion du comité disciplinaire d’où le renvoi pour une nouvelle réunion. Cela, pour permettre à AML de venir de l’avant avec des preuves pouvant soutenir les reproches d’indiscipline que l’entreprise formule à l’encontre de Sharvin Sunassee.

En effet, le président de l’AMLEU est suspendu de ses fonctions depuis neuf mois et doit répondre à des accusations sur des opinions exprimées en avril 2019 dans un post sur une page Facebook privée dénommée « AML Staff Corner ». Dans une Letter of Charges upon completion of preliminary investigation, qu’elle lui a adressée récemment, la direction d’AML fait savoir à Sharvin Sunassee que « We refer to your letter dated 11th of May 2019 regarding the preliminary investigations which were initiated into some posts on the AML Staff Corners page on Facebook. You were requested to provide a written statement into the allegations listed in the said letter dated 11th May 2019. After receiving your written statement dated 22th of May 2019 and upon the preliminary investigation hearing in answer the following charges : (a) You have between the 30th and the 31th of March 2019 between 23.00 and 01.00 caused serious allegations to be levelled and made against the management of AML on Facebook named AML Staff Corner, (b) The said serious allegations are highly diffamatory and constitute conduct which brings AML into disrepute. [ ] Your temporary suspension under the Annex to the Procedural Agreement 2010 lapses and you shall now be on suspension in accordance with the Article 11 (2) (4) of the procedural agreement 2010. »

Ce que contestent les membres de ce syndicat qui soutiennent Sharvin Sunassee, qui déplore les mesures prises par AML contre le président de l’AMLEU sur la base d’informations « illégalement obtenues » et en violation de l’article 46 (n) de l’Information and Communication Technologies Act (ICTA). D’autant que la communication de messages privés – uniquement destinés aux seuls adhérents du syndicat sur cette page Facebook « AML Staff Corner » – par captures d’écran au public et à la direction constitue une infraction criminelle à la loi sur les technologies de l’information et de la communication, selon eux.

Vendredi, pas moins d’une dizaine de syndicats de différentes associations, dont la Federation of Civil Service & Other Unions, la GWU, la MDTFSU, la GTU, entre autres, avaient fait le déplacement à la Newton Tower pour soutenir le président de l’AMLEU. Les syndicalistes se demandent quelle sera l’issue de cette affaire, d’autant que si le ministre Travail se félicite d’être venu de l’avant avec une nouvelle loi pour protéger les travailleurs, le constat est que le président de l’AMLEU ne semble pas lui être protégé par celle-ci. Le verdict du comité disciplinaire qui se réunit donc demain est attendu.