Le Comité de soutien (CS) aux grévistes, ex-employées du Foyer Namasté, attend toujours la réponse du ministère de l’Égalité des genres, du Développement de l’enfant et du Bien-être familial quant à une réunion de consultation. C’est la raison pour laquelle la manifestation qui était prévue cet après-midi a été reportée à une date ultérieure.
La journée de protestation prévue initialement aujourd’hui en vue de faire pression auprès du ministère de l’Égalité des genres, du Développement de l’enfant et du Bien-être familial, de celui de la Sécurité sociale et du ministère du Travail afin que les ex-employées du Foyer Namasté, membre de l’Association d’Hébergement pour les Personnes Inadaptées (AHPI), obtiennent gain de cause et que le permis de Place Of Safety de cette institution privée soit renouvelé. Rappelons que ce permis octroyé par le ministère présidé par Mireille Martin (Bien-être de l’enfant) lui a été enlevé à la suite des allégations qu’un ancien responsable de foyer aurait abusé sexuellement d’un des pensionnaires, mineur. Plus d’une cinquantaine d’employés se sont alors retrouvés sans emploi.
Les femmes ex-employées qui sont à leur 24e jour de grève de la faim (sur une base rotative) poursuivent leur action. Elles réclament la réouverture du centre car elles n’acceptent pas d’être privées de leur travail pour une faute professionnelle qu’elles n’ont pas commise.
Le CS attend confirmation pour une rencontre avec la ministre de tutelle à ce sujet. Il espère trouver une solution afin que les huit grévistes et les autres employés de l’AHPI puissent être libérés de cette frustration et regagner le toit familial « avec un emploi ». D’ailleurs, la journée de manifestation prévue aujourd’hui devant les trois ministères concernés, a été annulée afin d’étudier les nouvelles options qui s’offriront à eux.
Le CS a tenu une réunion cet après-midi en vue de déterminer la marche à suivre. Il fera également un bilan de la situation.