Le Conseil des Religions se dit en faveur du rapport de Lam Shang Leen.

Résidant Quartier-Militaire, Premanand Ramchurn est officier de la prison depuis 2002. Il a été convoqué devant la Commission d’enquête sur la drogue pour fournir des explications sur « de fortes sommes déposées, en liquide et par chèque », sur ses comptes bancaires.
Avant d’être transféré récemment à la prison de GRNO, Premamand Ramchurn a été toujours été posté à la New Wing à Beau-Bassin. « Ce qui a attiré notre attention à votre propos, ce sont divers dépôts en liquide et par chèque sur vos comptes bancaires », devait expliquer l’ancien juge Paul Lam Shang Leen. L’officier Ramchurn devait indiquer posséder « trois comptes bancaires, et en avoir un au nom de la compagnie de ma femme ». Il a ainsi expliqué à Paul Lam Shang Leen et ses deux assesseurs, le Dr Ravind Dhomun et Sam Lauthan, que « ma femme a créé une compagnie en 2014, une agence de location de voitures ». Selon ses renseignements donnés à la Commission, ce business a été « racheté à son ancien propriétaire, qui n’a plus rien à faire avec nous désormais ».
Cependant, parcourant les documents relatifs, le président de la Commission ainsi que Sam Lauthan devaient attirer l’attention de l’officier sur le fait que « selon les informations fournies par le Registrar of Companies, cet ancien propriétaire est toujours actionnaire chez vous ». De plus, Premamand Ramchurn a été invité à expliquer la provenance de plusieurs rentrées d’argent liquide sur ses comptes bancaires : Rs 259 000 en 2011, Rs 469 000 en 2012, Rs 309 000 en 2013 et Rs 495 000 en 2014. « Il s’agit de l’argent provenant des emprunts que j’ai contractés pour financer la mise sur pied de la compagnie de ma femme », devait-il répondre. Or, a relevé Paul Lam Shang Leen, « vous nous avez dit que cette compagnie a été créée en 2014, mais je vous parle de rentrées d’argent avant cette année-là ».
L’ancien juge et ses deux assesseurs ont alors demandé à Premamand Ramchurn : « Allez chercher dans tous vos relevés bancaires, trouvez vos documents concernant la compagnie de votre femme, notamment la liste des actionnaires, et remettez tout cela à la Commission. » La Commission compte également revenir sur les données téléphoniques de l’officier Ramchurn, qui ne sont pas encore prêtes. « Peut-être avez-vous voulu éviter de payer des taxes, ou il se peut aussi que vous soyez en train de blanchir de l’argent via cette compagnie que dirige votre épouse : nous n’en savons rien, mais nous vous demandons de produire les documents relatifs pour étayer tout cela », a lancé Paul Lam Shang Leen.
Premanand Ramchurn sera rappelé de nouveau devant la Commission d’ici une quinzaine de jours.