Les négociations tripartites sur la compensation salariale ont repris aujourd’hui, lundi 25 novembre, au siège du ministère du Travail, faisant suite à la réunion tenue la semaine dernière.

Les chiffres concernant la situation et les prévisions économiques ne semblent toutefois pas s’accorder. Surtout entre les dirigeants syndicaux et Statistics Mauritius.

Les discussions ont été axées sur l’inflation et les prévisions du taux de chômage. Les syndicalistes ont réclamé que le bureau de statistiques considère les changements économiques qui ont touché la classe des travailleurs.

« Nou kone ki bann sif fose. Nou pa nek ‘stick to figures' », a réclamé Ivor Tan Yan, syndicaliste.

« Avec la hausse des prix, nous pensons qu’il faudra revoir les chiffres avancés, ainsi que la prévision du taux de chômage, qui sera 6.8%« , a conseillé Radhakrishna Sadien, président de la State Employees Federation. « Ou pa kapav viz High Income Economic me travayer pa pe kapav zwenn de bout ».  

Un avis partagé par Haniff Peerun : « Les chiffres avancés sont erronés. Il faut revoir tous les mécanismes et prendre une décision jeudi ». 

Clency Bibi, président de la GWF, a souligné que l’écart se creuse entre le taux de croissance et le taux d’inflation de 0.5%. « Nous nous posons énormément de questions. Cela confirme notre demande de Rs 700 pour que les travailleurs puissent retrouver leurs pouvoirs d’achat », a-t-il argué.

« Nous avons été satisfaits des chiffres de Statistics Mauritius et de sa méthodologie bien établie. Nous peaufinerons désormais notre position pour la compensation salariale lors de la rencontre de jeudi », a soutenu Pradeep Dursun, Chief Operation Officer de Business Mauritius.

C’est le jeudi 28 novembre qu’aura lieu le dernier round des négociations tripartites portant sur la compensation salariale qui sera ainsi applicable à partir de janvier 2020.