En dépit du froid, l’ambiance était chaude à l’Institut Français de Maurice, samedi, lors du concert de lancement du premier album du groupe Etaé, Parfin ou loder. Le public a été séduit dès les premières notes. Et c’est sans surprise qu’à la fin de la représentation, le groupe est revenu pour un rappel largement mérité.
Longtemps attendue, cette représentation de lancement de Parfin ou loder s’est déroulée sans aucune fausse note. Une entrée en matière au son du saxophone de Ludovic Matombé, des guitares de Gilbert Bastien, Stephan Gua et Hashish Appadoo, de la guitare basse de Lurvin Lecoquin et de la batterie/percussion de Yannick Durhone : le ton était donné pour presque deux heures d’une sonorité africaine qui n’a laissé personne insensible. D’autres instruments du continent ont été intégrés, apportant ainsi une certaine fraîcheur à l’ensemble.
Aventure humaine.
Pour en arriver là, le groupe s’est laissé influencer par Marclaine Antoine, dont la passion pour les instruments africains est bien connue. Présent, ce dernier a été chaudement applaudi par le public après le morceau qu’il a interprété. Une salle qui a également vibré avec d’autres musiciens qui, d’une façon ou d’une autre, ont inspiré ou encouragé le groupe Etaé à progresser : Richard Beaugendre et Lionkklash sont de ceux-là. Eric Triton aura été l’un des grands absents de la soirée, son concert ayant lieu au même moment au MGI.
Comme l’a souligné Stephan Gua, Etaé est d’abord une grande aventure humaine : les membres ont pris du temps pour apprendre à se connaître. Ce sont les valeurs qui les unissent qui font que le groupe a une bonne assise, tous les membres étant animés par une même vision et une même sincérité.
Émotions.
Le public présent a repris en choeur les paroles de plusieurs chansons : Soliter, Ti kout bluz, Mama Afrika, Inhambane, Miriel, Lamer O… Des textes bien sentis pour dénoncer les travers de notre société – passe-droits, corruption, politique de get figir pour avoir un travail et dysfonctionnement des institutions qui protègent les gro rekin.
Etaé est aussi un groupe qui, à travers la musique, veut faire monter à la surface les émotions ressenties au gré des expériences vécues. La chanson Infinite, allusion aux anciens employés du groupe Infinity, a particulièrement touché, certains ne pouvant s’empêcher de penser à ceux qui ont dû faire la grève de la faim pour récupérer leurs salaires.
Après avoir souvent écumé la scène du Sapin et donné des représentations dans différentes régions de l’île, la bande de joyeux copains d’Etaé a réussi son pari. Formé en 2007, le groupe a pris du temps pour concrétiser son projet de produire un CD. L’attente a peut-être été longue, mais le résultat est convaincant.