Dans son texte portant le titre Crise et universalité, J.M.G. Le Clézio, prix Nobel de littérature 2008, déclare qu’il y a quelque ironie à entendre les économistes parler de « crise mondiale », alors que les neuf dixièmes de la population mondiale n’ont jamais connu autre chose. Cette inégalité flagrante et destructrice empêche le véritable échange entre les cultures. La solution à la « crise », c’est le partage des richesses. Ce discours a été lu le lundi 3 décembre par Carl de Souza, J.M.G. Le Clézio, cofondateur de la Fondation pour l’Interculturel et la Paix (FIP), n’ayant pu arriver à Maurice à temps. La conférence internationale Diversité culturelle et interculturel : Quelles assises pour la paix ?, organisée par la Fondation avec la collaboration du MGI, s’est déroulée du 3 au 5 décembre. Cependant, l’écrivain a pu participer le dernier jour de la conférence à un échange avec Issa Asgarally autour de leurs discours d’ouverture.
Le thème de la conférence est étroitement lié au second objectif de la FIP : promouvoir, à travers l’échange interculturel, la paix au sein des nations et sur le plan international, condition première du développement vraiment durable. Il s’agissait de repenser la diversité culturelle dans une perspective interculturelle afin de consolider les assises, toujours fragiles, de la paix entre les individus, entre les groupes sociaux et entre les nations. La conférence a réuni 25 participants, dont onze venant de l’étranger (États-Unis, France, Inde et La Réunion). Grande première, un des participants étrangers, Gilles Verbunt, a présenté, via Skype, sa communication depuis son appartement à Paris ! Cette conférence internationale, la première organisée par la FIP, sera suivie en septembre 2013 du prestigieux Colloque de Cerisy (en Normandie, France) qui sera consacré à Penser et agir pour l’interculturel. Il est codirigé par Isabelle Roussel-Gillet, de l’Université de Lille, l’une des participantes à la conférence de Maurice, et Issa Asgarally.
En tant qu’écrivain, J.M.G. Le Clézio rappelle la relation étroite entre l’interculturel et la littérature, qui transcende les frontières du nationalisme. Dans son texte Guerre et paix : Quelle conception des cultures et des civilisations ?, Issa Asgarally dénonce la tendance qui consiste à définir des cultures et des civilisations comme des blocs monolithiques, homogènes et imperméables, et à y assigner des individus « par la peau du cou » en oubliant, comme le souligne également Amartya Sen, les interactions constantes, aussi bien matérielles qu’intellectuelles, entre ces cultures et civilisations, et l’étendue des différences à l’intérieur de chacune d’elles. Cette tendance aboutit au « choc des civilisations », théorisé naguère par Samuel Huntington, ou au « dialogue des cultures », très en vogue en ce moment grâce aux bons soins de l’Unesco…
Les organisateurs de la conférence internationale nous ont assuré que le livre-synthèse, avec le texte de J.M.G. Le Clézio en guise de préface, paraîtra avant avril 2013. Une exposition regroupant onze peintres et sculpteurs accompagne la conférence internationale. Ces artistes sont Nirmala Luckeenarain, Krishna Luchoomun, Nirmal Hurry, Dyanesh Dausoa, Alix Le Juge, Dev Chooramun, Gérard Foy, Manjoola Appadoo, Saïd Hossenee, Mila Gupta et Nalini Gopaul.