Après l’affaire Varma/Jeannot et la CNT, le Parti travailliste n’a nullement envie de s’encombrer d’un autre scandale, notamment celui qui a secoué le judiciaire. Le bookmaker Jean-Michel Lee Shim, qui aurait corrompu deux secrétaires de juge pour détourner un jugement de la Cour suprême en faveur de Sport Data Feed Ltd, aura beau jouer la carte Parti travailliste et dire à qui veut l’entendre qu’il “est proche de Patrick Assirvaden ou encore de Kalyanee Juggoo”, les rouges ne vont pas cautionner ses affirmations. En effet, depuis qu’il intervient dans les médias, le bookmaker incriminé dans ce scandale qui a jeté un froid dans le judiciaire et aussi au sein de la population se présente comme un membre du parti du Premier ministre et dit avoir “aidé” des personnalités du PTr, à l’instar de Patrick Assirvaden, Kalyanee Juggoo ou encore Ah Fat Lan Hing Choy, respectivement président, secrétaire générale et trésorier des rouges.
“Il y a des dizaine de milliers d’adhérents au Parti travailliste ! Nous connaissons plusieurs personnes, pas que Jean-Michel Lee Shim”, précisait Patrick Assirvaden, lors de la conférence de presse du PTr hier matin. Plus tard, à l’heure des questions de la presse, le président du parti expliquait que, selon ses renseignements, le bookmaker Lee Shim “n’est pas un membre du PTr. Il est probable qu’il le fut dans le passé.” Mais quoi qu’il en soit, pour Patrick Assirvaden et ses collaborateurs, “pa parski enn dimoun konn nou ki sa ve dir ki li pros ar nou !”
Lorsqu’elle est intervenue à son tour, la secrétaire générale du Parti Travailliste a tenu à faire ressortir qu’aucun des membres cités par le bookmaker n’a jamais eu de contact avec celui-ci. “Nou pa finn zwenn li an personn. Nous n’avons pas échangé d’appels téléphoniques, ni d’e-mails et ni de sms avec lui”, relevait Kalyanee Juggoo. Cette dernière est catégorique : “Nous n’avons jamais été associés à aucun business de Jean-Michel Lee Shim. Il a parlé d’aide, il faut savoir que n’importe quel citoyen mauricien peut aider le PTr.”
Après avoir nié tout lien avec le bookmaker Lee Shim, le PTr a ramené en surface la proximité entre ce dernier et Pravind Jugnauth. “Personne n’a pensé à demander à Pravind Jugnauth si c’est vrai que Jean-Michel Lee Shim a bénéficié d’un terrain de 139 arpents à Côte d’Or en 2010 alors que Pravind Jugnauth était ministre des Finances. Le PTr a repris ce terrain quand le MSM s’est retiré du gouvernement. Qui a nommé Jean-Michel Lee Shim à la BOI ? Selon nos renseignements, c’est Pravind Jugnauth”, relevait Patrick Assirvaden. Dans le camp des rouges, on salue la mise en garde de la Cour suprême pour outrage au judiciaire. Le parti est d’avis qu’il ne faut pas commettre l’erreur de faire des conclusions hâtives.
Patrick Assirvaden, qui abordait la polémique entre le parti au pouvoir et la centrale thermique Terra, avec en toile de fond un slogan et une image qui dérangent, n’a pas ménagé le groupe. Si le PTr se dit pour la liberté d’expression, en revanche, le parti dénonce le mode et le support visuel adoptés par Terra. Terra, selon le PTr a opté pour un slogan “qui effraye” et qui peut induire en erreur les nombreux touristes de passage dans l’île. Et s’agissant justement de l’industrie touristique, le PTr est d’avis que le gouvernement multiplie les efforts et investit gros pour faire face aux concurrents que sont les Seychelles et les Maldives. Terra a agi de manière irresponsable. “C’est choquant !” scandait Patrick Assirvaden. Et de déclarer : “Terra est le plus grand pollueur du Nord. Ena enn fason fer kampayn. Ou pa kapav tir ou tiyo tout à l’égout ou met lor semen apre kan ou sali lari ou sorti ou kryer senti pi !” Et si Terra a reçu une notice, c’est parce que le groupe, dit-il, n’a pas respecté ses engagements en matière de l’Environmental Impact Assessment. “La campagne de Terra fait plus de mal que de bien au pays”, estimait Patrick Assirvaden. En revanche le gouvernement, selon lui, a fait mieux avec la campagne “To G-T to Ta-C.”
Comme c’est le cas depuis plusieurs mois, le PTr était conciliant envers le MMM. Au Parlement, les rouges ont noté que sur le Criminal Appeal Bill, “le Premier ministre a pris l’initiative d’écouter les propositions du MMM en particulier.” Et a souhaité à nouveau que le MMM ouvre les yeux sur la décadence de son partenaire, le MSM, “parti qui est en train d’affaiblir les mauves.” Kalyanee Juggoo a même demandé à Pravind Jugnauth, lequel selon elle “n’est pas vendable” sur l’échiquier politique, de “lev peke ale.”
Pour Abdullah Hossen, le porte-parole des rouges, le MMM est victime des pressions du MSM sur la question portant sur le seuil proportionnel des 10% dans le cadre de la réforme électorale. Et si Abdullah Hossen a “salué le sens patriotique d’Alan Ganoo”, leader de l’opposition, pour ses positions sur le White Paper, il a élevé Paul Bérenger, leader historique du MMM, au rang de “grand patriote” aux côtés de Navin Ramgoolam. “Je vois que le bons sens prévaut au MMM. Ils sont disposés à accorder une attention à la vision du Premier ministre sur la réforme”, déclarait, hier, Abdullah Hossen.
Toutefois, peu après avoir salué le “bon sens” au MMM, le député Hossen a critiqué “la querelle interne” chez les mauves, qui a pour origine la présidence du Public Accounts Committee convoitée dit-il, par Adil Ameer Meea. Ce dernier, selon Abdullah Hossen, ne ferait plus l’unanimité dans son parti.
“Il y a des dizaine de milliers d’adhérents au Parti travailliste ! Nous connaissons plusieurs personnes, pas que Jean-Michel Lee Shim”, précisait Patrick Assirvaden, lors de la conférence de presse du PTr hier matin. Plus tard, à l’heure des questions de la presse, le président du parti expliquait que, selon ses renseignements, le bookmaker Lee Shim “n’est pas un membre du PTr. Il est probable qu’il le fut dans le passé.” Mais quoi qu’il en soit, pour Patrick Assirvaden et ses collaborateurs, “pa parski enn dimoun konn nou ki sa ve dir ki li pros ar nou !”
Lorsqu’elle est intervenue à son tour, la secrétaire générale du Parti Travailliste a tenu à faire ressortir qu’aucun des membres cités par le bookmaker n’a jamais eu de contact avec celui-ci. “Nou pa finn zwenn li an personn. Nous n’avons pas échangé d’appels téléphoniques, ni d’e-mails et ni de sms avec lui”, relevait Kalyanee Juggoo. Cette dernière est catégorique : “Nous n’avons jamais été associés à aucun business de Jean-Michel Lee Shim. Il a parlé d’aide, il faut savoir que n’importe quel citoyen mauricien peut aider le PTr.”
Après avoir nié tout lien avec le bookmaker Lee Shim, le PTr a ramené en surface la proximité entre ce dernier et Pravind Jugnauth. “Personne n’a pensé à demander à Pravind Jugnauth si c’est vrai que Jean-Michel Lee Shim a bénéficié d’un terrain de 139 arpents à Côte d’Or en 2010 alors que Pravind Jugnauth était ministre des Finances. Le PTr a repris ce terrain quand le MSM s’est retiré du gouvernement. Qui a nommé Jean-Michel Lee Shim à la BOI ? Selon nos renseignements, c’est Pravind Jugnauth”, relevait Patrick Assirvaden. Dans le camp des rouges, on salue la mise en garde de la Cour suprême pour outrage au judiciaire. Le parti est d’avis qu’il ne faut pas commettre l’erreur de faire des conclusions hâtives.
Patrick Assirvaden, qui abordait la polémique entre le parti au pouvoir et la centrale thermique Terra, avec en toile de fond un slogan et une image qui dérangent, n’a pas ménagé le groupe. Si le PTr se dit pour la liberté d’expression, en revanche, le parti dénonce le mode et le support visuel adoptés par Terra. Terra, selon le PTr a opté pour un slogan “qui effraye” et qui peut induire en erreur les nombreux touristes de passage dans l’île. Et s’agissant justement de l’industrie touristique, le PTr est d’avis que le gouvernement multiplie les efforts et investit gros pour faire face aux concurrents que sont les Seychelles et les Maldives. Terra a agi de manière irresponsable. “C’est choquant !” scandait Patrick Assirvaden. Et de déclarer : “Terra est le plus grand pollueur du Nord. Ena enn fason fer kampayn. Ou pa kapav tir ou tiyo tout à l’égout ou met lor semen apre kan ou sali lari ou sorti ou kryer senti pi !” Et si Terra a reçu une notice, c’est parce que le groupe, dit-il, n’a pas respecté ses engagements en matière de l’Environmental Impact Assessment. “La campagne de Terra fait plus de mal que de bien au pays”, estimait Patrick Assirvaden. En revanche le gouvernement, selon lui, a fait mieux avec la campagne “To G-T to Ta-C.”
Comme c’est le cas depuis plusieurs mois, le PTr était conciliant envers le MMM. Au Parlement, les rouges ont noté que sur le Criminal Appeal Bill, “le Premier ministre a pris l’initiative d’écouter les propositions du MMM en particulier.” Et a souhaité à nouveau que le MMM ouvre les yeux sur la décadence de son partenaire, le MSM, “parti qui est en train d’affaiblir les mauves.” Kalyanee Juggoo a même demandé à Pravind Jugnauth, lequel selon elle “n’est pas vendable” sur l’échiquier politique, de “lev peke ale.”
Pour Abdullah Hossen, le porte-parole des rouges, le MMM est victime des pressions du MSM sur la question portant sur le seuil proportionnel des 10% dans le cadre de la réforme électorale. Et si Abdullah Hossen a “salué le sens patriotique d’Alan Ganoo”, leader de l’opposition, pour ses positions sur le White Paper, il a élevé Paul Bérenger, leader historique du MMM, au rang de “grand patriote” aux côtés de Navin Ramgoolam. “Je vois que le bons sens prévaut au MMM. Ils sont disposés à accorder une attention à la vision du Premier ministre sur la réforme”, déclarait, hier, Abdullah Hossen.
Toutefois, peu après avoir salué le “bon sens” au MMM, le député Hossen a critiqué “la querelle interne” chez les mauves, qui a pour origine la présidence du Public Accounts Committee convoitée dit-il, par Adil Ameer Meea. Ce dernier, selon Abdullah Hossen, ne ferait plus l’unanimité dans son parti.