Intervenant samedi lors d’un congrès pour marquer la Journée internationale de la femme, le président de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) a vivement dénoncé la « féminisation de la précarité » à Maurice. Reeaz Chuttoo a aussi fustigé l’hypocrisie des politiciens de tous bords qui « une fois au pouvoir ne font rien pour protéger les femmes qui travaillent ». Jane Ragoo a pour sa part annoncé le lancement d’un service conseil pour les travailleurs du pays.
« Li malere dir li me situasyon bann koleg madam dan travay dan Moris se enn situasyon ki de pli zan pli pe deteriore. Bann sekter kot ena saler pli ba dan noupei, ce bann sekter kot ena pa mwin kin 85% fam. La mo pens textil, le seafood hub, kot salere de baz Rs 4 000, alor ki en 2011 le National Empowerment Fund finn dekrete le seuil le povrete a Rs 6 200 », s’est indigné Reeaz Chuttoo devant une cinquantaine de femmes qui assistaient à ce congrès au siège de la confédération syndicale à Rose-Hill.
« Kifer sa situasyon-la pe kontinie ? Parski bann nouvo sekter emerzan kot emplwoy pli boukou madam, zot osi pe swiv sa tandans-la… Pena Remuneration Order (RO), donk pena saler minimum, pena lakor kolektif et pir, sindika pa bienvu dan sa bann nouvo sekter-la. Mo pe koz bann call centres, bann entreprise Business Process Outsourcing (BPO), kot ena boukou zenn fi ek madam », a ajouté le syndicaliste.
Selon Reeaz Chuttoo, on entend souvent ces employées se plaindre anonymement à la radio. « Me se bann sekter ki bann syndicalis na pa kapav rentre, parski bann-la travay lor kontra e si zot plaigner, le lendemin, kouma zot kontra fini, met zot deor ou bien donn zot enn travay ko zot gagne mwin ankor. La situasyon na pa roz di tout pou madam ki travay dan sa pei-la. Ena seki nou apel en féminisation de la précarité (voir encadré) dan Moris. Partout kot ou guette, situasyon travay pe deteriore, sirtou dan bann sekter ko madam travay ».
Le président de la CTSP a précisé que ce ne sont pas seulement les employées faisant des travaux manuels qui sont touchées par cette précarité, mais également les employées à col blanc, les secrétaires et les cadres administratifs, entre autres. « Boukou parmi zot ena diplom, zot gradue, me pou zot pena okenn saler minimum ki preskri, zot surexplwate. Bizin fer kiksoz kont sa viktimizasyon ki zot sibir-la », a-t-il ajouté. Il a cité des cas dans des secteurs émergents « où certaines jeunes diplômées touchent moins que les plantons ».
Reeaz Chuttoo a par ailleurs dénoncé ce qu’il qualifie d’« hypocrisie » des politiciens de tous bords par rapport à cette situation. « Kan zot dan pouvwar, zot na pa fer narien pou amelior sor sa bann madam ki travay la. Mem dan Parlman, madam fer zis figuration. Na pena okenn madam senior minister ».
La secrétaire de la CTSP, Jane Ragoo, a pour sa part fait un vibrant plaidoyer pour que les femmes au foyer bénéficient elles aussi d’une couverture sociale. « Bann madam ki lakaz zot aussi zot travay. Enn travay important pou pei sa, kifer zot na pa gagn sekirite sosyal, pensyon ? » s’est-elle demandé. « Se enn diskriminasyon inakseptab kont bann madam ki dan lakaz ». Elle a aussi annoncé le lancement d’un service conseil à la CTSP pour permettre aux travailleurs du pays d’obtenir un soutien pour faire respecter leurs droits.
Valencia Rosalba et Marie-Claire Sarah, deux membres de la CTSP, ont exhorté les femmes à mieux connaître leurs droits et à se serrer les coudes pour faire respecter leurs droits.