Photo iillustration

Le câble LION 2 (Lower Indian Ocean Network) reliant Maurice, La Réunion et Mayotte, endommagé depuis le 8 octobre, est en cours de réparation. Un câblier effectue ces réparations après qu’une coupure a été notée en raison des activités maritimes. Ce câble, qui est une extension du câble LION, a été endommagé en pleine mer.

De ce fait, des perturbations ont été notées au niveau de la communication par les opérateurs qui utilisent ce câble. Pour MC Vision, les services étant perturbés par ce problème, l’entreprise a acheté de la capacité additionnelle du câble SAFE pour parer à toute éventualité. « Malgré l’achat de la bande passante additionnelle SAFE, nous constatons un ralentissement de 20% aux heures de pointe. Nous prenons toutes les dispositions nécessaires pour nos abonnés », explique un préposé de la communication. Selon lui, ce ne serait que dans les prochains jours que la connexion sera rétablie.

Et d’ajouter que MC Vision a pris des mesures correctives non seulement temporaires à cause du problème actuel, mais aussi permanentes une fois le câble LION 2 réparé. Brigitte, qui habite Curepipe, prend son mal en patience depuis les interruptions notées sur sa chaîne satellitaire. « Je ne reçois plus la chaîne 26 depuis deux semaines. De plus, d’autres chaînes sont aussi interrompues », dit-elle. La situation est la même pour un autre habitant du Sud. « On perd toutes les chaînes et les images sont figées », dit-il. Selon ce dernier, même après avoir redémarré le décodeur, la situation reste inchangée.

Et d’après une habitante du nord, dont le décodeur s’est déconnecté il y a deux semaines, après avoir relancé celui-ci, il faut attendre au moins une quinzaine de minutes. Chez Mauritius Telecom, on fait ressortir que « c’est la responsabilité du consortium de réparer le câble », ajoutant : « Nous ne sommes qu’un “minor partner”. »

D’après un communiqué émis suite à l’endommagement du câble, des réparations sont faites par le consortium LION. Des mesures ont également été prises pour que les échanges sur l’Internet ne soient pas perturbés en réorientant le trafic sur d’autres câbles sous-marins.