Une première ébauche du rapport de l’étude de faisabilité, réalisée dans le cadre du projet de l’installation de câble sous-marin à fibre optique à Rodrigues, sera présentée ce jeudi à l’hôtel Voilà Bagatelle. L’étude a été commanditée par le ministère des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). Le contrat pour l’étude de faisabilité a été alloué à la firme consultante Axiom SAS et est financé conjointement par l’Agence Française de Développement (AFD) et le gouvernement mauricien.
Un premier rapport préparé par Axiom SAS, comportant six volets (technique, ingénierie, socio-économique, traffic and market study, analyses financières et business modeling and market sounding exercise) sera dévoilé aux stakeholders ce jeudi.
Lors de la signature de l’accord portant sur l’installation du câble à fibre optique en présence du ministre des TIC, le Chef commissaire de Rodrigues, Serge Clair et son adjointe, Franchette Gaspard Pierre-Louis, il avait été établi que ce projet très attendu, va créer de l’emploi dans l’île et améliorer la connectivité de Rodrigues avec le reste du monde.
Rodrigues espère en effet voir s’implanter des entreprises engagées dans le secteur des TIC et du BPO, un vecteur d’emploi pour la jeunesse rodriguaise qui montre de plus en plus d’intérêt pour les métiers liés à l’informatique et des jeunes gradués qui peinent souvent à trouver un emploi dans le domaine une fois les études achevées.
Comme pour Maurice, les autorités veulent faire des TIC un des piliers de l’économie de Rodrigues. La Rodrigues Regional Assembly avait rassemblé, à l’occasion d’un ICT Roadshow en avril dernier, des responsables d’organismes, des associations d’entreprises et des potentiels investisseurs et des compagnies engagées dans l’industrie des TIC et de l’externalisation à une présentation sur les opportunités d’investissement, le potentiel de Rodrigues et les mesures incitatives initiées pour lancer le secteur des TIC/BPO, et promouvoir l’île comme une destination complémentaire à Maurice pour les opérations de back-office.
Cependant la problématique demeure la connectivité de l’île à des câbles sous-marins. Raison pour laquelle une étude de faisabilité financée par le gouvernement mauricien et l’Agence Française de Développement a été enclenchée. Les autorités avaient évoqué comme possible date pour l’implémentation du projet septembre 2015.